critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Friday the 13th, Part V - A New beginning. 1985.
Origine : Etats-Unis
Genre : Horreur
Réalisation : Danny Steinmann
Avec : Mélanie Kinnaman, John Shepherd, Shavar Ross, Dick Wieand...


Après trois ans de bons et loyaux services, Jason Voorhees a rendu les armes, contraint et forcé. Pourtant en pleine force de l'âge, il s'était jusque là acquitté de sa tâche avec sérieux, permettant à ses employeurs d'empocher le pactole à chacune de ses apparitions. En fait, il subit le contrecoup de son humiliante défaite de l'épisode précédent. Comment prendre au sérieux un croquemitaine qui se fait botter l'arrière train par le premier garnement venu ? C'est résolument impossible. Jason reçoit le bonnet d'âne et passe la main pour ce cinquième chapitre au sous-titre original trompeur. Ce nouveau départ tant vanté ne concerne pas tant la série en elle-même, aux composantes immuables, que le personnage de Tommy Jarvis, celui par qui la mort de Jason est arrivée.



Nous retrouvons Tommy Jarvis quelques années après les faits relatés lors du Chapitre final. Il a bien grandi mais demeure toujours hanté par Jason Voorhees, ce qui lui a valu de nombreux soins psychiatriques. Instable, il ne peut toujours pas s'insérer dans la société. On l'envoie donc dans une maison de repos d'un nouveau genre, au sein de laquelle il n'aura plus à souffrir de multiples traitements. Curieusement, son arrivée coincide avec une recrudescence de meurtres brutaux. Aurait-il quelque chose à y voir?



Pour la première fois dans la série, nous suivons l'évolution de l'un des rescapés des massacres perpétrés par Jason. Il y avait bien eu Alice auparavant, mais celle-ci mourrait dès les premières minutes du Tueur du vendredi. Si Jason n'entre pas en action au cours de ce chapitre, il n'en demeure pas moins omniprésent. Telle une malédiction, il poursuit constamment le pauvre Tommy qui le voit partout, jusque dans ses rêves (Tiens! Tiens!). Pourtant, Jason ne peut être qu'étranger à la série de meurtres qui ensanglante la région. Déjà, l'action ne se déroule plus à Crystal Lake et on nous a suffisamment bassiné avec sa mort pour qu'on nous épargne une nouvelle résurrection. Cela permet à Danny Steinmann de renouer avec certains partis pris du premier Vendredi 13. Non pas par l'utilisation abusive de la caméra subjective mais par le soin qu'il affiche à nous cacher le tueur. On le devine massif, rien de plus. Pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, il lance quelques fausses pistes: ici, un vagabond réclamant sa pitance, là, Tommy en personne, rudoyant avec violence l'un de ses congénères. Celles-ci n'apportent fondamentalement rien au récit, Danny Steinmann vendant très tôt la mèche en s'attardant de trop sur un obscur second rôle. Il faut prendre ça comme une petite fantaisie d'un réalisateur désireux de se démarquer de ses prédécesseurs. N'oublions pas que ce nouveau chapitre doit donner une nouvelle impulsion à la série. Jason Voorhees n'est plus mais reste toujours très ancré dans l'esprit de Tommy Jarvis. Tout comme nous, il éprouve beaucoup de mal à oublier cette imposante figure maléfique. Une Nouvelle terreur prend alors l'allure d'un épisode de transition, un épisode à l'issu duquel les derniers souvenirs de Jason Voorhees s'estomperont.



Ce cinquième chapitre est le plus meurtrier de la saga. On dénombre pas moins de 18 cadavres (19, pour les plus tâtillons). Tout ersatz qu'il est, le suppléant de Jason ne chôme pas. Il fait même des efforts de créativité à l'occasion, notamment en compressant le crâne d'un type à l'aide d'une lanière de cuir. On sent qu'il prend goût à ce qu'il fait et que, si Tommy n'avait pas eu un compte à régler, il aurait poursuivi sa tâche avec plaisir. Nous entrons dans une période de surenchère, les meurtres s'accumulant à une telle vitesse que Danny Steinmann ne peut pas tous nous les montrer. La surenchère se retrouve jusque dans le nombre des rescapés. Jusqu'à présent, le maximum était à deux rescapés. Ici, ils ne sont pas moins de trois dont un gosse. L'utilité de ce dernier reste d'ailleurs à prouver puisqu'il semble interdit aux croquemitaines de s'en prendre à eux alors qu'à l'origine, ils sont les premiers concernés. Faudrait-il en conclure que la série s'orienterait vers un plus jeune public? Rien n'est impossible, surtout que les Vendredi 13 ont l'art de ne jamais s'attarder sur les exactions du tueur.



Une Nouvelle terreur apparaît comme un épisode unn peu bâtard. Je m'interroge, par exemple, sur l'utilité de cacher le nouveau tueur sachant que celui-ci se déguise en Jason. Nous avons droit à une sorte de faux suspense plutôt maladroit et qui cache mal l'échec de l'entreprise. Ce chapitre 5 est un Vendredi 13 dans la plus pure tradition. Les personnages du film rivalisent de bêtise (on atteint des sommets) et le tueur s'avère increvable, tout être humain qu'il soit. Il se fait heurter par un tracteur, tronçonner un bras et taillader une jambe, sans que cela ne l'affecte outre mesure. Il se comporte exactement comme le vrai Jason en se montrant tout aussi incapable lorsqu'il se retrouve confronté aux ultimes survivants.
Quant à Tommy Jarvis, il est en proie à une intense lutte intérieure durant tout le film. Après être venu à bout de Jason Voorhees, il doit désormais éliminer son pesant et tenace souvenir. Le duplicata du tueur de Crystal Lake arrive à point nommé pour faciliter son exorcisme. C'était compter sans les séquelles irrémédiables que ces deux combats ont eu sur son cerveau. Sa résistance aux pulsions meurtrières a fini par céder. Tommy est désormais mûr pour prendre la succession de Jason. Le nouveau départ tant attendu nous est donc promis pour le chapitre suivant. Sous réserve de modifications de dernière minute...

Bénédict Arellano

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.