critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Valiant. 2005.
Origine : Etats-Unis
Genre : Comédie
Réalisation : Gary Chapman
Avec les voix de Ewan McGregor, Ricky Gervais, Tim Curry, Jim Broadbent...


Petit bijou de l’animation en images de synthèses, Vaillant, le petit pigeon de combat, messager héroïque au service de l’armée britannique va vivre une aventure hors du commun pour changer le cours de l’Histoire !
C’est ainsi qu’on pourrait résumer vulgairement ce petit film (qui ne dure qu’une heure quinze) qui s’avère grand.
Petit film, petit pigeon, petit héros, grande histoire.
Vaillant, c’est l’histoire d’un pigeon qui rêve de s’engager dans l’armée britannique pour se sentir utile au sein d’une nation en guerre contre l’Allemagne nazie. Le rôle des pigeons est primordial, il permet à l’armée britannique de communiquer avec la résistance française et de se tenir au courant des avancées des luttes armées qui ont lieu sur le continent.
Vaillant est un petit pigeon, il n’est pas athlétique, il n’est pas fort, il n’est pas imposant, et l’armée a besoin de pigeons forts, pour faire face aux faucons allemands qui cherchent à empêcher que les messages arrivent aux destinataires.
De ces faites historiques réels, l’équipe du film crée un univers « animalisé », les humains n’apparaissent que très peu et n’interfèrent pas dans l’histoire.
Ici, tout tourne autour d’une équipe de pigeons qui ont tout, sauf l’étoffe de héros. Mais l’armée est en manque de pigeons, et se voit obligée d’envoyer cette équipe emmenée par Vaillant, frêle pigeon, son partenaire de choc, Bugsy, qui ne désire qu’une chose, quitter l’armée dans laquelle il ne s’est inscrit que par défaut, Snoby, un pigeon ringard affublé d’un monocle qui se prend pour un héros, et deux autres pigeons, Tango et Charly, costauds mais idiots. Cette équipe de choc, plus choquante que de choc pour les officiers instructeurs, se voit offrir une mission des plus périlleuses : aller chercher un message que la résistance française doit faire passer aux britanniques. Mais c’est sans compter sur les faucons allemands qui veillent.
Ce film est une vraie petite merveille ! On ne peut évidemment pas s’empêcher de penser à Chicken Run, et si vous avez aimé ce dernier, vous devriez apprécier Vaillant, petit miracle de l’animation en image de synthèse, accompagné d’un humour so british qui ne vous fait jamais perdre le sourire pendant une heure quinze ! Les éclats de rires sont rares, mais l’humour est omniprésent, toujours subtil, toujours intelligent, quelques gags de situation bien évidemment pour marquer la maladresse de ces héros accident-ailes et accidentés.
Mais loin de moi l’idée de penser de ce film qu’il est parfait, il est bon, voire très bon, mais il a un gros défaut : son doublage. Malheureusement vu en français, avec Eric et Ramzy au doublage, et faut avouer que ça gâche un peu le plaisir. D’autant plus que la bande annonce en VO ne laissait présager que du bon. Mais ne boudons pas notre plaisir, ça reste convenable.
Second point à soulever, à qui s’adresse ce film ? A première vue, il s’adresserait à un public plutôt jeune, mais la force du film c’est qu’il propose plusieurs degrés de lecture, et ainsi se permet de lorgner entre la comédie et de l’autre côté une histoire plutôt sombre. Car sur fond de seconde guerre mondiale, il est évidemment difficile d’occulter la face obscure de toute guerre, et c’est tant mieux, ça apporte un peu d’humanité à ce film qui en est rempli, aussi bien des mauvais côtés que des bons côtés. Amitié, courage, devoir, d’un côté, violence, idiotie, luttes, de l’autre. Et c’est d’autant plus regrettable qu’on doive se servir de pigeons animés pour parler aussi bien d’humanité.
Mais si on gratte un peu, on pourra se plaindre d’un scénario un peu léger, et surtout on pourra regretter que ce film ne soit pas aussi insolent que peut l’être Chicken Run. Mais au final, ça reste une petite merveille, parce que c’est drôlement mignon, et que ça fait du bien de passer des moments où on se sent étonnamment bien, et c’est ça le plus important. Alors pour un premier essai, je donne tous mes encouragements pour un nouvel essaie plus enlevé, plus osé, et ça sera parfait !

Jérémie Conde

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.