critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



The Killers. 1946.
Origine : Etats-Unis
Genre : Film noir
Réalisation : Robert Siodmak
Avec : Burt Lancaster, Ava Gardner, Edmond O'Brien, Albert Dekker...


Brentwood, une petite ville tranquille du New Jersey, reçoit un beau soir la visite de deux tueurs à gages. Les deux hommes n'ont pas l'intention d'y faire de vieux os. Le temps d'abattre Pete Lunn (Burt Lancaster), ancien boxeur et actuel garagiste du patelin, et ils s'en iront. Ce dernier attend sa mort comme la délivrance de ses erreurs passées, et ne leur oppose aucune résistance. Cependant, l'histoire ne s'arrête pas à son décès et se poursuit sous l'impulsion de James Reardon (Edmond O'Brien), enquêteur pour la compagnie d'assurances auprès de laquelle Pete Lunn avait souscrit une assurance vie, qui remonte progressivement le cours de l'existence de l'ancien boxeur.



Parcours atypique que celui de Robert Siodmak. D'origines allemandes, il est né américain un peu par hasard en 1900. L'Allemagne, il y vit et y réalise ses premiers films jusqu'en 1933, année qui voit Hitler devenir chancelier. Etant juif, il fuit l'Allemagne nazie pour la France, où il continue d'exercer son métier de réalisateur. En 1940, la France est occupée, ce qui le pousse de nouveau à l'exil. Il trouve refuge aux Etats-Unis, où il devient un maître du film noir, dont Les Tueurs constitue l'un des fleurons.
Les Tueurs est tiré d'une nouvelle de Ernest Hemingway parue en 1927. Celle-ci, très brève, n'en constitue en fait que le point de départ sur lequel une poignée de scénaristes (dont John Huston, non crédité au générique) s'est appuyée pour élaborer une véritable mécanique de film noir avec femme fatale, vol à main armée et manipulations en tous genres. Dans la nouvelle, l'ancien boxeur n'est qu'une silhouette à peine esquissée, rien qu'une cible à abattre. Toute la mécanique du film consiste à mettre en lumière ce mystérieux personnage. La première fois que Burt Lancaster apparaît à l'écran, son visage se trouve symboliquement plongé dans l'obscurité. A cet instant précis, nous sommes encore en présence de la figure littéraire, quasiment anonyme et aux traits indistincts. Sa mort, en hors champ, marque son passage d'un personnage littéraire à un personnage cinématographique. Dès lors, son visage nous apparaît en pleine lumière, et Robert Siodmak s'échine à nous le rendre familier en nous contant ses déboires. Jusqu'à présent, nous étions les égaux des deux tueurs à gages, ignorant tout de Pete Lunn et s'en désintéressant pas mal. Puis le réalisateur modifie notre perception en introduisant le personnage de James Reardon, homme totalement étranger à Pete et qui va pourtant vivre avec son image pendant plusieurs jours. Comme lui, nous allons apprendre à connaître cet homme en l'accompagnant dans sa déchéance.



Pete Lunn, de son vrai nom Ole Andreson, est un pauvre bougre qui s'est perdu corps et âme à la minute même où ses yeux se sont posés sur la splendide et vénéneuse Kitty Collins (Ava Gardner). Cette dernière représente la quintessence de la femme fatale, élément primordial à tout film noir. Sa beauté n'a d'égale que son profond égoïsme. Elle manipule les hommes à loisir, et se sort généralement indemne de toutes les situations. Fou d'amour, Ole Andreson passe deux ans en prison à sa place. En guise de récompense, il la retrouve à sa sortie, dans les bras de Big Jim Colfax, un caïd plein le sou. Pour son premier rôle au cinéma, Burt Lancaster campe un naïf, un grand échalas dont la boxe constituait toute sa vie et qui, suite à une vilaine blessure, ne sait plus quoi faire de sa grande carcasse. D'aspect massif, Burt Lancaster dégage pourtant une grande fragilité, les nerfs toujours à fleur de peau. Il subit en permanence les événements. Même lorsqu'il croit prendre les devants, il demeure en réalité manipulé. Au moins, sur un ring, il luttait à armes égales avec ses adversaires et possédait une volonté de fer. En dehors d'un ring, il est perdu, sans repères. Il ne sait trop comment agir car il ne dispose pas de toutes les armes. Du coup, il en perd toute volonté et son côté combatif. L'homme que nous découvrons au début du film, avachi sur un lit d'hôtel, est un homme en plein renoncement, qui a définitivement baissé les bras. Il ne supporte plus sa vie d'éternel fugitif, de sa vie de perdant. Seule la mort peut le soulager d'une existence ratée et de la profonde blessure que la trahison de Kitty lui a infligé. James Reardon prend en quelque sorte les atours d'un justicier, puisque son enquête permet de lever le voile sur les pires heures de la vie de Ole et les raisons de son exécution. Ole avait tout pour être heureux : une petite amie aimante et un ami sincère. Une banale réception, un coup de foudre pour la mauvaise personne en auront décidé autrement.



Robert Siodmak réalise un film noir de toute beauté qui, au détour de certaines scènes et de leur éclairage particulier, évoque l'expressionnisme allemand. Une influence qui n'a rien d'étonnant lorsqu'on connaît le parcours du bonhomme. Les Tueurs ressemblent à une cérémonie macabre dont l'intrigue est placée toute entière sous le chaperonnage d'un mort. Homme sans importance de son vivant, Ole Anderson devient, en passant de vie à trépas, l'instrument de la chute de gangsters trop sûrs d'eux, et le prototype même du brave type malheureux. La littérature l'a laissé dans l'ombre, le cinéma en a fait un personnage tragique, héros post-mortem d'un polar magnifique. La carrière du jeune Burt Lancaster ne pouvait démarrer sous de meilleurs auspices.

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.