critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Monty Python and the Holy Grail. 1975.
Origine : Royaume-Uni
Genre : Comédie
Réalisation : Terry Jones, Terry Gilliam
Avec : Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, Michael Palin...




Arthur, le Roi des Anglais ses met en quête des Chevaliers de la Table Ronde. Une fois rassemblée, l'équipe de bras cassés recoit un ordre de Dieu : chercher et récuperrer le saint-Graal...

Après plusieurs années d'existences fructueuses, les Monty Python ont enfin la possibilité d'un projet de long-métrage. Un projet également motivé par le fait que le film servirait de base à relancer la popularité de la bande aux Etats-Unis, là où leur sketchs étaient étaient reçus d'une façon assez mitigée. Restait alors à trouver un scénario. Un peu comme a leur habitude, les Python se séparèrent en petits groupes, chacun écrivant leur sketchs à partir d'une idée de base. Terry Gilliam, responsable des animations, se chargerait de lier le tout en cas de besoin narratif. Avec un budget réduit, l'idée fut donc de retracer l'épopée de la quête du Graal. Dans un premier temps, il fut envisagé de situer l'action au vingtième siècle (une scène au magasin londonnien Harrod's fut ainsi prévue), mais tout compte fait, l'idée fut abandonnée. Au plus grand plaisir de Gilliam, fasciné depuis tout jeune par le moyen-âge et la chevalerie. Niveau réalisation, les deux Terry désiraient également s'exprimer. Une alliance qui ne fut d'ailleurs pas forcément évidente. Déjà parce que cela supposait que deux de Python devaient diriger les autres, alors que jusque là il n'y avait pas eu de chef à proprement parler, et ensuite parce que les deux réalisateurs avaient des vues assez opposées. Gilliam désirait en effet se concentrer davantage sur l'aspect global du film, qu'il désirait plutôt travaillé, tandis que Jones voulait à l'inverse livrer un film plus basique, réalisé davantage comme un long sktch classique. Finalement, il fut décidé que Terry Jones se chargerait du contrôle des acteurs (pas forcément évident, avec un Graham Chapman saoul en permanence et incapable de mémoriser son texte) tandis que Gilliam s'occuperait des techniciens, responsables de l'aspect du film. Au final, le film reste tout de même plus Jonesien que Gilliamien, mais ce dernier put retourner dans l'âge médiéval quelques années plus tard, avec un Jabberwocky fait en dehors du cercle des Python.



Quoi qu'il en soit, le film est une réussite en tout point. Comme à leur habitude, les Python donnent dans leur humour à base d'absurdités sans nom, d'anarchronisme et de satire. Satire tout d'abord sur un genre précis : le film médiéval. Les codes en sont bafoués : l'héroïsme part à la trappe (notamment via le personnage du Sir Robin-Not-Quite-So-Brave-as-Sir-Lancelot, incarné par Eric Idle) et avec lui toute la grandiloquence religieuse ou morale. La religion avec un Dieu cynique, servi par des tâches dont les réverences virent au ridicule. Et la morale, entre autre avec l'aspect sexuel, où la vertue est remise en question (Galahad-The-Pure tenté par les nonnes nymphomanes, Lancelot-The-Brave qui vient sauver une parodie de poète idéaliste et probablement homo). Du reste, chaque chevalier voit son titre respectif mit en péril avec grande dérision par les étapes où ils passent. Camelot, leur base, est ainsi montrée comme infréquentable (via une superbe chanson chorégraphiée, très réussie, et de toute façon les Python ont toujours été très bon, en chanson). Mais les chevaliers ne sont pas les seuls à s'en prendre plein la tête : les mages (Tim l'enchanteur), le bas peuple (qui veut absolument bruler des sorcières), les légendes (le monstre de Caerbanog), et même l'antagonisme anglo-français (les soldats français qui insultent les chevaliers) sont sujet à moqueries. Tout ca lié par un fil rouge qui n'a absolument aucun sens (l'hirondelle d'Afrique), auquel s'ajoute une crauté certaine (le massacre de Lancelot au château des marais, le chevalier noir qui est découpé en morceau). La légéreté du budget, qui dut contraindre la bande à tourner tout dans un seul et même chateau, jouant même en la faveur du film, avec un certain coté carton-pâte qui démythifie encore plus la quête du graal. Le tout sans parler des séquences animées de Gilliam, qui s'en prend au temps, à dieu, et toutes sortes de choses plus ou moins métaphysiques... De plus, comme il était prévu, ces séquences animées font le lien de façon très capillotractée entre plusieurs pans de l'histoire, à tel point que le manque de rigueur du scénario trouve là une contrepoint comique des plus efficaces...
Bref les Python jouent sur les défauts de leur film. Ce qui, en plus des gags toujours très inspirés, aboutit à un des chefs d'oeuvre du cinéma comique. Et un des plus grands moments de la carrière du Python.



Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.