critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



King Arthur. 2004.
Origine : Etats-Unis
Genre : Aventures épiques
Réalisation : Antoine Fuqua
Avec : Clive Owen, Ioan Gruffdudd, Mads Mikkelsen, Joel Edgerton...


C’est un peu en marche arrière que je suis entré dans la salle pour visionner ce film… Pas très convaincu d’aller voir un chef d’œuvre, mon courage et moi nous installâmes dans un fauteuil, et attendîmes le début du film...
Une voix off nous raconte que l’Empire romain a conquis beaucoup de contrées et en particulier une d’où surgissent les fameux chevaliers d’Arthur ! L’idée est simple, chaque chevalier doit servir l’Empire pendant une période de 15 ans ! Facile !
Et nous voilà entrant de plein fouet en Bretagne, enfin l’Angleterre plutôt, derrière le mur d’Hadrien. Ca va saigner !
Pour apprécier le film, il faut accepter de ne rien connaître des légendes arthuriennes ! On met tout de côté, le film est vendu comme une histoire vraie, pourtant, tout est faux ! Peu importe, ce n’est que de la promotion, intéressons-nous au film et à l’histoire qu’il relate.
Eh bien, c’est assez surprenant ! Nous découvrons une poignée de héros, les chevaliers d’Arthur, tous aux noms plus connus les uns que les autres, Gauvain, Galahad, Lancelot entres autres, et Arthur à leur tête. Ceux-ci doivent protéger les ennemis de l’Empire romain, d’abord les rebelles de Merlin qui ne supportent pas l’envahisseur romain, puis les Saxons...
On voit donc évoluer ce groupe d’amis, qui vivent ensemble depuis 15 ans, à travers une histoire simple, la recherche de leur liberté. Pour cela, un évêque leur donne leur liberté en échange d’une dernière mission, aller sauver une famille romaine, de l’autre côté du mur d’Hadrien (on se demande bien ce qu’elle fait là d’ailleurs), car les Saxons arrivent pour conquérir l’île. Contraints d’accepter, les chevaliers galopent vers leur destin.
Et nous voilà entrant dans une aventure passionnante ! On se prend vite d’affection pour ces chevaliers, tous glorieux, tous volontaires, drôles, mystérieux, et nobles au sens juste.
Arthur ainsi que ses chevaliers sont magnifiquement interprétés, avec une vraie justesse, ce qui leur confère une réelle humanité, d'autant plus qu’on s’identifie vite à eux. Ils ne sont pas des super-héros, ce sont des humains, qui survivent.
Au niveau historique, cela n'a rien à voir, mais on s'en fout ! On prend Arthur et sa légende, et on les met dans un certain contexte et on leur donne toute la puissance que les légendes ont créée! C'est ça la force du film! On prend des personnages que tout le monde connaît et on leur donne une autre histoire, pas historique, parce que Arthur a bien existé mais était un petit seigneur sans intérêt. L'idée est de raconter une histoire, de faire évoluer des personnages, l'histoire est bien ficelée, les personnages évoluent en conséquence et l'histoire d'amour avec Guenièvre ne passe qu'au second plan ! Il n’y a pas d’excès de dramatisation, il n’y a pas d’excès de sentimentalisme, on évite tout cela pour se focaliser sur l’histoire ! La liberté !
Et là où c’est une surprise, c’est qu’au delà de l’histoire, il y a une vraie critique des excès de la religion ! On ne peut pas tout faire au nom de Dieu ! Et c’est un sujet qui reste très actuel, et c’est étonnant de trouver cette critique, petite certes, mais malgré tout présente dans ce genre de blockbuster. Ce qui est tout à son honneur !
Techniquement, la mise en scène, certes pas des plus spectaculaires, reste conventionnelle mais efficace. Les scènes d’action sont compréhensibles, et certaines scènes de batailles sont tout simplement magnifiques, je pense entre autres à cette bataille sur le lac gelé, un grand moment ! Les décors et les costumes sont très réussis, le mélange entre les scènes en extérieurs naturels et en studios est remarquable, il y a une vraie volonté de faire un film vrai s’intégrant dans une réalité, même si, l’histoire ne l’est pas.
Au final, Bruckheimer nous sort un petit film sympathique qui a certes des défauts, mais dont il est plus intéressant de mettre en avant les qualités, parce qu’à trop décrier le travail du producteur Bruckheimer on en oublie le divertissement ! Et c’est très divertissant !
Antoine Fuqua n’est pas le plus grand réalisateur du monde, mais il a su donner une touche personnelle à son film, et donc bravo pour cette surprise !

Jérémie Conde

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.