critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



School of Rock. 2003.
Origine : Etats-Unis
Genre : Comédie, film musical
Réalisation : Richard Linklater
Avec : Jack Black, Mike White, Joan Cusack, Adam Pascal...


Dewey Finn rêve de devenir une rock star. Guitariste dans un groupe, il n’arrive pas à percer et s’en fait virer, trop exubérant, à partir dans des solos interminables. Il se sent incompris, lui qui est investi d’une mission sacrée de transmettre le rock au monde entier.
Chez lui, rien ne va plus. Fauché, il n’arrive plus à payer son loyer, et ses colocataires, un couple dont la fille souhaite qu’il dégage, l’invitent à très vite payer, sinon à se trouver un autre endroit où vivre.
Se faisant alors passé pour son ami et colocataire, Dewey décide de devenir prof remplaçant dans une école de petits génies.
Bien évidemment, seul le fric l’intéresse, il décide donc de ne rien leur enseigner, voyant dans l’éducation qu’on donne aux jeunes américains l’apothéose de ce système qui cloisonne les esprits dans des cellules préfabriquées par l’éducation nationale.
Sauf que Dewey découvre que ces jeunes enfants préado sont des virtuoses de la musique. Il décide alors de les initier au rock’n roll.
A chacun, il donnera un rôle précis. Il y aura le batteur, il y aura le bassiste, le pianiste, le leader-guitariste, et le chanteur guitariste. Rajouté à cela celui qui s’occupera de la musique, le service de sécurité, les chœurs, le costumier, bref, chaque élève aura un rôle à jouer, personne ne sera oublié dans le groupe de rock, chacun y a sa place, là où cette société ne donne pas de place à tout le monde, le rock doit le faire, tel est le discours de Dewey Finn.
Il leur apprendra donc le rock, que le rock c’est un mouvement qui s’oppose au « Man », celui qui tient les rênes. Il leur donnera des cours d’histoire du rock, et bien évidemment, les fera jouer dans l’espoir de les faire participer à un concours de rock.



School of Rock (j’avoue détester appeler ce titre Rock Academy, tellement il n’est pas dans l’esprit de notre Star Ac’ à nous), est un pur film rock’n roll ! Il est à la fois divertissant et se permet de rendre hommage à la culture rock en ponctuant le film de classiques du genre.
Cette comédie est formidable. Elle se permet pas mal d’impertinence à travers le personnage de Dewey Finn joué par Jack Black, qui montre dans ce film toute l’étendue de son talent. Il est complètement barjot et rempli d’énergie positive. Ce film met de bonne humeur et donne envie de faire du bruit !

Jack Black est donc le héros de cette comédie. C’était l’homme de la situation, lui qui avait déjà chanté dans High Fidelity, lui qui avait déjà rendu hommage au Rock’n Roll et à la pop culture dans cette comédie romantique portée par John Cusack, Jack Black obtient le premier rôle de ce film rock’n roll, et ça vaut le détour ! Oubliez vite la version française, franchement, on n’a pas besoin d’entendre Cauet faire le mariole, il n’arrivera jamais aux chevilles de Jack Black, rempli d’électricité dans ce film fou du début à la fin. Car outre le côté humoristique efficace de ce film, Richard Linklater (le réalisateur) nous livre un film attendrissant, où un loser de première qui ne réussit rien finit par trouver sa voie à travers les regards d’enfants qui découvrent la rebelle attitude grâce au Rock.
La performance de Jack Black est époustouflante, spécialement dans ces deux scènes montées en plan séquence où il fait preuve d’une énergie débordante et d’un savoir faire incroyable. Fan de Rock depuis sa toute petite enfance, chanteur du groupe Tenacious D très populaire outre-atlantique, Jack Black était de loin l’homme de la situation.
On pourra reprocher au film de tenir véritablement sur les prouesses d’acteur de Jack Black, mais c’est sans oublier les enfants de 11 à 12 ans qui jouent à ses côtés. Virtuoses de la musique (c’est eux-mêmes qui jouent et qui chantent), ils ponctuent le film de leur fraîcheur et de leur talent. Bref, côté casting, il n’y a rien à dire.



Autre point très fort du film, la musique. Hommage oblige au Rock’n Roll, le score est tout simplement parfait. AC/DC, The Clash, The Who, Kiss, Metallica, et même Led Zeppelin (qui ont accepté exceptionnellement qu’un de leur titre apparaisse dans une bande originale), mais aussi Stevie Nicks, et les Deep Purple, sans parler de ceux qui ne sont que cités. Bref, c’est le casting musical parfait pour rendre hommage au Rock’n Roll.

Vous l’aurez compris, ce film m’a énormément enthousiasmé ! Comédie qui se permet la légèreté dans un paysage cinématographique qui aime à jouer de grossièreté et de lourdeur, School of Rock s’impose comme une réussite totale, il n’y a rien à jeter, c’est drôle, c’est frais, c’est bien foutu et les acteurs sont formidables.



Jérémie Conde

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.