critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Pink Flamingos. 1972.
Origine : Etats-Unis
Genre : Comédie ignoble
Réalisation : John Waters
Avec : Divine, David Lochary, Mary Vivian Pearce, Mink Stole...


Au commencement, il y eut El Topo, le western mexicain bizarroïdo-mystique signé Jodorowsky, refusé net par tout les distributeurs effarouchés par cet objet cinématographique hors normes. C'était en 1970, la VHS n'existait pas encore et le seul moyen de voir un film était d'aller dans un cinéma. Et sans doute que bon nombre de films seraient tombés dans les oubliettes de l'histoire s'il n'y avait pas eu cet homme: Ben Barenholtz, propriétaire d'un cinéma New Yorkais, qui décida un beau jour, ou plutôt une belle nuit, de diffuser le film de Jodorowsky dans le seul créneau disponible pour ce type de film complètement à part: à minuit.
Ce qu'on allait appeler les Midnight Movies venait de naître. Et El Topo d'acquérir très rapidement un statut de film culte. Ignoré superbement par le grand public, le film était parvenu à rassembler une poignée de "freaks" en manque de cinéma différent et qui se mirent à idolâtrer ces films si rares devenus objets de fétichisme. A sa petite échelle le film était devenu un succès. Et s'il fut le premier Midnight Movie, il allait être rapidement suivit par d'autres oeuvres, parmis lesquelles on compte la célébrissime Nuit des morts vivants de George Romero, et surtout l'incroyable Pink Flamingos qui nous occupe présentement.



Pink Flamingos est l'oeuvre de ce fou génial qu'est John Waters. C'est ce film qui lui assurera un début de célébrité et lui permettera d'être véritabelment reconnu comme "le pape du trash" en garnissant sa filmographie de films tous plus anticonformistes les uns que les autres. Waters avait déjà réalisé une poignée de courts métrages bien barrés, et deux longs dont Multiple Maniacs et sa scène de viol commise par un homard géant et Mondo Trasho qui mettait déjà en scène les excès de Divine (actrice principale de Pink Flamingos, en réalité un travesti), mais ce n'était encore rien comparé à ce monument dégoulinant de mauvais goût et de provocation hallucinante qu'allait être Pink Flamingos. Entièrement tourné dans Baltimore qui a vu naître John Waters, le film se fait dans des conditions on ne peut plus amateures. Avec tout juste 1000 dollars en poche et une bande de potes improvisés acteurs Waters tourne son film en se donnant pour seul objectif de s'éclater en mettant en scène le plus d'actes ignobles possible devant la caméra. Le film en devient la charge la plus féroce et la plus hilarante contre l'establishment et le formatage. C'est bien simple, on n'avait jamais vu ça sur un écran de cinéma. Cela va si loin que l'ensemble en revêt des aspects clairement révolutionnaires.
Le film nous raconte l'histoire pourtant très simple de Babs Johnson, qui vient d'être sacrée personne la plus dégoûtante de la planète par les journaux. En effet Babs, qui vit dans une caravane avec sa mère obèse, son fils et sa petite amie, se complaît dans son mode de vie dégradant et ignoble. Mais son récent titre attire la convoitise d'une autre famille: les Marbles, qui sont bien décidés à commettre les pires outrages aux bonnes moeurs pour ravir son titre à Babs. Dès lors commence une bataille où chacune des deux familles fera le pire pour vaincre l'autre...



Vous l'aurez compris, l'intrigue est incroyablement osée dans ses fondements mêmes et sert surtout de prétexte à une incroyable escalade dans le crade et le répugnant. Waters s'affranchit de toute morale et de tout ce qui est jugé acceptable par notre société. Le film enchaîne alors les scènes les plus provocatrices: exhibitionnisme, travestissement, sadisme, séquestrations, masturbation, voyeurisme, fétichisme, inceste, viol, zoophilie, cannibalisme, trafic d’enfants, meurtres, coprophagie, émasculation et j'en passe. La caméra filme avec complaisance la saleté, les ordures, les excréments et les organes génitaux... Les personnages sont tous des pourris pervers qui choquent, exploitent, tuent et violent les rares bonnes âmes égarées dans cette affreuse histoire. Et au milieu de tout ce fatras trône Babs Johnson, incarnée par l'immense Divine: le travesti de plus de 130 kilos qui se trémousse en robe moulante et pousse le vice jusqu'à avaler un étron pour la mythique scène (non simulée cette fois-ci!) qui clôt le film. Bref tout ce qu'on s'attend à ne pas voir dans un film normal et grand public se trouve dans Pink Flamingos.
Et le pire dans tout ça c'est peut-être cette ambiance bon enfant qui anime les acteurs, qui s'amusent visiblement à défrayer la chronique, et qui ne tardera pas à contaminer la petite partie du public qui ne s'est pas encore enfuie de la salle en courant. Car oui le film de Waters est bien loin d'être horrible et se révèle même très drôle. Un tel étalage de dégueulasseries si outrancières ne peut évidemment pas être prise avec sérieux, et le film dégage une bonne humeur étrangement contagieuse. Sans doute est-ce également dû à son aspect résolument punk et précurseur. Évidemment le film est loin d'être subtil, il vise sous la ceinture et enchaîne les scènes dans la plus pure gratuité; mais c'est tellement aux antipodes de n'importe quelle autre production, tellement créatif dans l'ignoble, et tellement dégagé de tout souci moral, financier ou politiquement correct que ça en devient formidable. A ce titre certaines scènes sont assez incroyables, comme ce passage où Divine achète une énorme tranche de viande et décide pour la transporter de la coincer entre ses jambes, ou cette scène où elle et son fils entreprennent de cracher et de lécher tout le mobilier des Marples afin de recouvrir leur intérieur de salive à titre de vengeance! Ou enfin ce moment où toute la famille victorieuse fait l’apologie du meurtre et du cannibalisme devant les journalistes ravis de pouvoir imprimer de nouvelles atrocités dans leurs papiers ! Derrière ses aspect répugnants et simplets, Pink Flamingos est un film fondamentalement différent et une véritable ode à la liberté. De plus, pour de nombreuses raisons il serait absolument impossible de refaire un tel film actuellement, d'une part parce qu'il va tellement loin dans son idée qu'il est impossible de penser seulement l'égaler, et d'autre part parce que le "trash" a été depuis longtemps récupéré par la société capitaliste et dégagé de tous ses aspects subversifs et immoraux: en effet nombreux sont les gens a en avoir fait leur fond de commerce (ne serait-ce que ce crétin de Michaël Youn qui sévit par chez nous) sans que cela ne choque plus personne hormis quelques rares gardiens d'une morale moyen-âgeuse... Mais ceci est aussi une raison de revoir le premier film de John Waters: lui n'a absolument rien perdu de ses aspects transgressifs et demeure l'une des grandes charges cinématographiques contre la morale et le conformisme !



Arnaud Schilling

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.