critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



O'Brother, Where Art Thou ?. 2000.
Origine : Etats-Unis
Genre : Comédie
Réalisation : Joel & Ethan Coen
Avec : George Clooney, John Turturro, Tim Blake Nelson, John Goodman...


Les frères Coen sont deux types atypiques dans le paysage du cinéma américain, voire mondial. Ces deux garçons là sont exceptionnels, et un film comme O’Brother confirme que leur cinéma, que l’on qualifie aisément d’auteur (ce qui n’est pas péjoratif bien évidemment, mais qui a pour conséquence de cataloguer les bonhommes, et je déteste le cataloguage), est un cinéma universel sachant parler des mythes qui ont bâti notre culture.

L’idée, au début de l’écriture de ce film, était d’adapter le très célèbre ouvrage qu’est L’Odyssée d’Homère, et de transposer cette histoire dans le Sud de l’Amérique durant les années 30. Plus exactement, le voyage initiatique, car il s’agit bien de cela, va se dérouler dans le Mississipi, un état du sud des Etats-Unis, victime de la crise économique mais aussi empli de ce patrimoine que les Coen se font un plaisir de mettre en avant, soit en le critiquant, soit en l’exaltant. C’est bien là la force de ces deux frères, savoir mettre en avant un univers qui nous est relativement inconnu, et nous le faire découvrir, avec un léger décalage (ça s’appelle le sens de l’humour), mais en ne portant jamais de jugement, simplement en s’amusant avec les mythes et la culture de leur univers à eux. Car le Mississipi, pour nous pauvres Européens, à part le fleuve, ça ne représente rien, ou pas grand chose. Et d’ailleurs, même si jamais le fleuve n’est cité directement, il a son importance dans l’histoire, une importance capitale, c’est ce qu’on pourrait en déduire, à la vision du film. Mais la force des frères Coen c’est d’aller à contre-courant (sans jeu de mot), c’est à dire que finalement ils ne tombent pas dans le cliché du fleuve avec ses bateaux. A aucun moment ce que l’on pourrait connaître de notre mémoire collective ne ressort dans ce film. L’intérêt de ce film était de montrer quelque chose d’autre, quelque chose de nouveau, quelque chose de plus profond. Sinon, ils auraient adapté Tom Sawyer !

Donc, O’Brother raconte L’Odyssée dans le vieux sud des Etats-Unis. Ainsi dit, adapter la grande aventure d’Ulysse semblait impossible. Comment réussir à mettre dans un film de 1h40 tous les thèmes et toutes les aventures du héros ? L’idée était alors de se détacher du héros tel qu’on le connaît, et de faire, à l’instar d’un James Joyce dans son Ulysse, un Ulysse différent, un anti-héros, qui garderait néanmoins quelques traits du personnage initial. Le trait principal qui est retenu, c’est la capacité du personnage à tromper les autres grâce au langage. Et effectivement, George Clooney, qui campe un Ulysse à côté de la plaque, est parfait dans ce rôle là. En premier lieu, Clooney a travaillé sa diction et a réussi à acquérir un accent (très drôle) du sud des USA. La force de ce personnage, c’est donc sa manière de parler, et plutôt que d’en faire un trop beau parleur, les Coen décident de le parodier, sans néanmoins ridiculiser leur héros. Les répliques fusent, mais toujours justes, les mots sont décalés, mais à leur place, et des répliques comme « Serait-ce outrepasser les limites de la niaiserie que de vous demander si vous avez des résilles ? » naissent. C’est donc un personnage qui a donc tout de l’anti-héros ! Obsédé par ses cheveux qu’il gomine autant qu’il le peut, il trompe ses compagnons pour pouvoir arriver à ses fins, cet Ulysse là n’est pas celui d’Homère, c’est celui des frères Coen, un Ulysse parodié, décalé, mais pas cliché, et ayant peur du feu !

Pour l’accompagner, deux compagnons de cavale, Delmar (Tim Blake Nelson) et Pete (John Turturro), deux paumés au grand cœur, attirés par l’appât du gain, naïfs, mais représentatifs du Mississipi de l’époque : en retard sur leur temps. Et c’est aussi un des thèmes du film, vivre avec son temps, aller aussi vite que le progrès, être rattrapé par le progrès, être dépassé par les évènements, par ce qui entoure les trois fugitifs.

Ainsi, nous sommes plongés dans une région du monde un peu à la traîne, qui ne comprend pas la dépression dans laquelle elle est plongée, qui vit dans son passé, avec une culture musicale qui n’évolue pas, où ce sont les vieux morceaux qui se vendent, et non les nouveautés. Au milieu de tout ça, deux hommes se font la guerre pour le poste de Gouverneur, avec Papy O’Daniel, Gouverneur sortant, qui a d’ailleurs existé. C’est la lutte entre le passé et l’avenir, c’est une lutte politique de génération. Pourtant, là encore, les Coen, qui auraient pu diaboliser (mais ça aurait été tomber dans la facilité) le vieux gouverneur, et encourager le renouveau politique, montrent que même le renouveau est attaché à des traditions anciennes (qui existent encore aujourd’hui) et honteuses. Et là, les Coen montrent un nouveau visage, celui de la lutte contre le racisme. C’est à dire qu’ils vont insérer un quatrième personnage qui rencontrera les trois fugitifs et qui les aidera dans leur voyage initiatique. Ce personnage est un noir. C’est un guitariste, un bluesman. Et ce n’est pas un hasard qu’il soit noir et musicien. Car le Mississipi, c’est aussi cette culture noire, cet amour pour le blues, pour le Bluegrass qui est une forme traditionnelle du blues, musique black par excellence. Et la musique va avoir son importance dans le film, ne serait-ce que pour les protagonistes, mais aussi pour le spectateur, qui est plongé dans cette musique typique du Deep South (le sud profond, comme on le dit souvent), ce qui rajoute à l’aventure culturelle du spectateur.
C’est pourquoi, le personnage du guitariste noir est important, il n’est pas qu’un prétexte, il est surtout le visage caché de ce vieux sud vieillissant attaché à ses valeurs. Et alors qu’on l’avait perdu durant un instant, on le retrouve dans une cérémonie du Ku Klux Klan. Et là encore les Coen sont fortiches. Au lieu de diaboliser cette cérémonie qui vise à pendre un noir, ils poussent le vice plus loin et continuent dans leur idée que leur film est une comédie fantoche complètement décalée. Et qu’y a-t-il de pire pour le KKK ? Chanter du Gospel peut-être ? Alors les Coen le leur en fait chanter.

Les Coen brossent ainsi un portrait coloré (ne serait-ce que dans le choix de la photo du film, avec l’utilisation d’un filtre jaune) avec des personnages secondaires sortant de leur univers loufoque, violent et mythologique. On y rencontre les Sirènes, le Cyclope, mais aussi des personnages bien réels dans le Mississipi de l’époque, le gangster Baby Face Nelson et le gouverneur O’Daniel dont nous avons déjà parlé.

Il faudrait encore et encore parler de ce film, continuer à développer, et il n’est pas exclu qu’à terme, nous le fassions, parce que ce film regorge de choses géniales dont il faudrait discuter, comme le rapport à la religion, omniprésent dans cette région des Etats-Unis. Cependant, nous nous contenterons de ce bref aperçu, et nous rappellerons que cette adaptation très libre de l’Odyssée est une vraie comédie, un road-movie qui traverse un état des US, qui n’est qu’une métaphore d’un pays qui a du mal à évoluer, à se détacher de ses valeurs ancestrales, qui font à la fois la mythologie de ce pays mais qui font aussi que son image est pourrie par ce conservatisme outrancier et exaspérant. Les Coen le savent et nous le montrent, mais les Coen ne jugent pas, ils en rigolent.

On ne pourrait oser terminer de parler de ce film sans dire deux mots sur la formidable photo de cette œuvre à part, sans dire deux mots aussi sur le travail des acteurs, sur la direction des acteurs, avec un Clooney comme on ne l’a jamais vu, et qui ne joue jamais aussi bien qu’en étant dirigé par les Coen. Pour l’anecdote, tellement heureux d’être dirigé par les Coen, Clooney a accepté le rôle sans lire au préalable le scénario. Belle initiative.

Pour conclure, un film difficilement descriptible car à part, un film drôlement intéressant, car diffusant une mythologie sortie de tous clichés, et une adaptation infidèle à Homère des plus jubilatoires !

SU-PER-BE !

Jérémie Conde

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.