critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Nestor Burma. Saison 3, épisode 04

Nestor court la poupée. 1995.
Origine : France
Genre : Policier
Réalisation : Joël Séria
Avec : Guy Marchand, Yolande Folliot, Betty Bomonde, Erick Chabot...


J'avoue que l'idée de regarder un épisode de Nestor Burma alors que je croule sous les films en attente désespérée de visionnage ne me serait normalement jamais venue à l'esprit. Il faut bien admettre que les téléfilms policiers français sont généralement loin de mes préoccupations, et que mon peu d'expérience dans le domaine ne m'a jamais poussé à en demander davantage. Mais le truc, c'est que Nestor court la poupée est réalisé par Joël Séria, et donc ça change tout. Le grand homme derrière Charlie et ses deux nénettes, Les Galettes de Pont Aven, ...comme la lune, qui est parvenu à transformer le paillard en poésie et réciproquement, le génie à qui l'on doit ce chef d'œuvre qu'est Mais ne nous délivrez pas du mal mérite amplement que l'on s'attarde sur tout ce qu'il a pu tourner après être tombé en disgrâce, ne serait-ce que parce qu'il faut continuer à montrer qu'il existait toujours une fois les années 70 terminées. Réduit à la télévision, son imagination débordante s'en est forcément trouvée bridée, mais non tuée. Derrière une décennie télévisuelle ne comptant que très peu de créations 100% personnelles, le réalisateur a toujours su retomber sur ses pattes en choisissant des séries ou des téléfilms qui lui permettaient un minimum de liberté dans son goût pour la débauche et / ou la France "d'en bas". Une adaptation de San Antonio, deux épisodes pour les téléfilms dérivés des romans policiers de la "Série noire", mais aussi quatre épisodes pour la série Nestor Burma. Tant qu'à faire, quitte à travailler dans le téléfilm policier français, autant que ce soit pour Nestor Burma plutôt que pour Navarro ou Julie Lescaut, cette série offrant une plus grande latitude vis-à-vis de la censure. L'œuvre de Léo Malet prend en effet pour personnage principal un détective privé attiré par les enquêtes plus ou moins sordides impliquant de jolies femmes. En d'autres termes, un homme placé en dehors du système et qui sait tirer parti de sa liberté professionnelle pour joindre l'utile à l'agréable.

L'épisode qui nous intéresse ici, Nestor court la poupée, est adapté du livre éponyme de Léo Malet publié en 1971, et tourne autour de la disparition d'une certaine Patricia, élève vedette du "foyer international d'études chorégraphiques" (autrement dit une école de danse). Nestor Burma (Guy Marchand) est appelé par la directrice de l'établissement pour retrouver Patricia. Après un premier tour des lieux et la rencontre avec Sandrine (Betty Bomonde), amie et colocataire de la disparue au dortoir de l'établissement, il apparaît que Patricia avait récemment eu des mots avec Béatrice (Yolande Folliot), soeur de la directrice et revêche professeur de chorégraphie. Il ressort aussi que tout comme Sandrine, Patricia fréquentait d'un peu trop près un certain Jean-Michel Jaunet (Erick Chabot), tenancier d'un night club qui versait à l'occasion quelques deniers à ces demoiselles en échange de photos dénudées. Après quelques investigations, Nestor apprend que Jaunet est également lié à un maquereau international. C'est louche. Mais il ne peut pas pour autant écarter la piste du suicide, et encore moins celle qui mène à Béatrice, surtout que cette dernière a déjà été impliquée dans la mort d'une pensionnaire.

Nestor Burma aime les femmes, et bien ici il est servi ! L'ouverture de l'épisode coïncide avec sa première entrée à l'école de danse, alors que toutes les nymphettes le confrontent à leurs assouplissements et à leurs grands écarts (voire à leur douche), notre détective ne sachant plus trop où donner de la tête. Peu après, la visite au night club le mène à parler avec un Jaunet qui n'y va pas par quatre chemins pour lui décrire ses relations avec les filles, notamment Sandrine : lorsque Nestor lui déclare avoir "eu le plaisir de la connaître", lui répond qu'il a "eu le plaisir de la baiser". C'est cru, c'est vulgaire, et ça laisse espérer que l'enquête mènera Nestor Burma à croiser la route de salopards vaniteux et beaufs dans la lignée de celui incarné par Jean-Pierre Marielle dans ...comme la lune composant un Paris interlope aussi propice au rire qu'au malaise, compte tenu de la nature policière de la série. Las, Séria revient bien vite à des choses plus classiques et typiquement policières. Si ce n'est pour quelques sursauts intermittents tels que celui-ci (ou encore les trop rares scènes impliquant le maquereau international, ridiculisé à chacune de ses apparitions) le réalisateur a dû s'effacer pour laisser la place au style propre à la série, et surtout à celui de Guy Marchand. Détective porté sur le sarcasme et apparemment dépourvu de toute compassion désintéressée, Burma prend toute son enquête avec recul, ce qui lui permet d'avoir l'ascendant sur ceux qu'il interroge et qui prennent très -parfois trop- au sérieux les suspicions qui portent sur eux. De là naît une certaine forme d'humour cynique qui il est vrai doit beaucoup au sympathique personnage campé par Guy Marchand, son sans-gêne et son petit sourire qui ont le don d'agacer tout le monde, flics officiels inclus, même si ces derniers, des incompétents notoires (dont le chef est incarné par le peu dégourdi Pierre Tornade et son noeud papillon) sont en fait bien contents d'être épaulés par quelqu'un de plus doué. Sans cet humour, il y a fort à parier que nous serions tombés sur une énième incarnation bas de gamme de détective plus malin que tout le monde, ce que l'on évite donc grâce au refus du scénariste de prendre son intrigue trop au sérieux, épousant ainsi le point de vue de Burma. La présence de deux acolytes de Burma, sa secrétaire Hélène et son assistant Zavatter, n'y est pas pour rien non plus, puisque ces deux personnages aident leur chef en payant de leur personne : Hélène en allant rendre visite à un chirurgien esthétique libidineux (prévoir gag digne des comédies sexy italiennes) et Zavatter en surveillant de l'intérieur la boîte de Jaunet (alcool et rinçage d'œil à gogo... typiquement franchouillard). La personnalité de Nestor Burma est bien la star, et il fallait bien ça pour rendre accrocheur cet épisode (et la série entière ?) dont les mécanismes policiers frisent la platitude. Tel témoin renvoie la balle à tel autre témoin, Nestor va d'un endroit à l'autre de Paris et en fin de compte il n'y a rien de bien palpitant dans cette enquête. Les allusions grivoises de Séria font cruellement défaut, aucun soin n'est apporté à la description d'un Paris crapuleux et bien entendu il n'y a rien de violent à se mettre sous les yeux. Bref, à ce niveau là, nous sommes bien dans l'image que j'avais d'un téléfilm policier français. L'impression finale est celle d'un gâchis, et l'on se dit que si Joël Séria avait disposé d'une totale liberté, il aurait certainement pu profiter de la nature de Nestor Burma pour concevoir un téléfilm bien moins consensuel. Constat valable pour la plupart de ses travaux dans sa période télévisuelle, où il trouve toujours moyen de glisser quelques idées personnelles éparses qui ne manquent jamais de mettre en avant le gaspillage de son talent.

Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.