critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



M : I : 3. 2006.
Origine : Etats-Unis
Genre : Action
Réalisation : JJ Abrams
Avec : Tom Cruise, Philip Seymour Hoffman, Ving Rhames, Billy Crudup...




Dans un élan de masochisme auto-destructeur que je ne comprends toujours pas, je suis allé voir ce ridicule (télé)film qu’est Mission Impossible 3.
Ca commence par un pré-générique qui a le mérite de mettre le spectateur dans le bain dès les premières secondes : le film sera incompréhensible et mal filmé, mais y’aura de l’émotion (Le beau Tom laisse couler une larme.)
Et oui, de l’émotion. Car après Tom Cruise dans le train et Tom Cruise fait de l’escalade, voilà Tom Cruise se marie (vivement Tom Cruise à la plage). L’heureuse élue est Michelle Monagan, et on voit la super cérémonie de fiançailles avec pleins d‘invités super sympas et tout, quand soudain, le téléphone sonne:
-Votre mission si toutefois vous l’accepter blablabla...
Voilà le beau Tom parti en mission super dangereuse : Il doit libérer une agent MI des griffes d’un vilain terroriste adipeux (en fait c’est un vilain trafiquant d’armes adipeux, et blond en plus, mais terroriste adipeux ça le fait plus je trouve). L’équipe choisit d’œuvrer dans la finesse et la discrétion : Trois grosses mitrailleuses automatiques arrosent le bâtiment où la belle est prisonnière. Le beau Tom court sous les balles, pose des bombes, tire sur les vilains : pas de doutes, Tom, il en a dans le pantalon (c’est Katie Holmes qui doit être contente.)
Comme prévu, il sauve donc la jolie blonde et ils s’enfuient en hélicoptère. Là, la situation se complique, et il devient nécessaire de faire une pause dans le récit afin que le lecteur saisisse bien tout les enjeux : Le beau Tom, la jolie blonde, le gros black, la jolie asiatique et le pilote sont dans l’hélicoptère. Ils sont poursuivit par un vilain hélicoptère. Ils traversent un champ d’éoliennes placées là par le scénariste pour tuer le vilain hélicoptère plus tard. Mais ils s’ennuient quand même un peu, le vol promet d’être long. Le beau Tom a alors l’idée de jouer aux cartes. Mais voilà que la jolie blonde est prise d’un mal de tête foudroyant et inexplicable ! Zut alors! Pas moyen de jouer aux cartes. Mais qu’a donc la jolie blonde ? Heureusement le Beau Tom a déjà vu le film qu’il a téléchargé sur E Mule avant sa sortie, il sait donc qu’elle a une bombe dans la tête ! Vite, il faut neutraliser la bombe à l’aide d’électrochocs ! Mais le vilain hélicoptère tire des missiles (non moins vilains que l’hélicoptère) ! C’est ce moment là que choisit la belle asiatique pour tomber de l’hélicoptère (le gentil, pas le vilain, vous suivez ?) Le beau Tom la rattrape à temps, mais il est trop tard pour sauver la jolie blonde qui souffle un "merci" au beau Tom avant d’expirer. La bombe dans la tête de la jolie blonde explose, la jolie blonde meurt et, pire encore, se retrouve affublée d’un strabisme divergent ! (Un spectateur derrière moi fera même un "beurk" significatif en voyant son regard disgracieux) Le beau Tom est triste : En plus d’avoir des couilles, il est aussi sensible. En effet la jolie blonde avait été formée par lui, même que c’était son élève préférée et qu’ils avaient lié des liens très profonds (mais pas profonds au point de la baiser, hein, l’amitié c’est beau et pur, on ne plaisante pas avec ça dans les films ricains !) Et après cette scène touchante, le vilain hélicoptère meurt frappé par une éolienne (une gentille donc). Le spectateur est soulagé (mais un peu triste quand même pour la jolie blonde et pour la gentille éolienne qui a perdu son hélice.)



Ensuite on voit le beau Tom et son supérieur se faire copieusement engueuler par le big boss sans qu’on sache trop pourquoi, mais qu’importe c’est déjà la scène suivante...
Voilà le beau Tom à nouveau lancé aux trousses du terroriste adipeux. Cette fois-ci son équipe joue vraiment dans la discrétion. Après un étalage impressionnant de gadgets electro-super-giga-high-tech-que-même-james-bond-il-a-pas, l’équipe capture le terroriste adipeux, mais tadam ! Un vilain avion et un vilain hélicoptère (un autre) arrivent dans un déluge d’explosions pour délivrer le terroriste adipeux qui a juste le temps de lancer une malédict… heu non, de menacer de tuer la femme du beau Tom.
A ce moment là des spectateurs sortent de la salle. Sans doutes l’un d’eux a fait une crise d’épilepsie suite à toutes ces explosions. Ou alors ils s’emmerdent juste.
Bref s’ensuivent des péripéties incompréhensibles, et revoilà le beau Tom qui doit récupérer la "patte de lapin" (un truc vilain avec le symbole biohazard dessus.) Pour sauver sa femme des griffes du terroriste adipeux. La "patte de lapin" se trouve dans un immeuble hyper bien gardé de la mort, mais pas aussi hyper bien gardé de la mort que dans le 1 (mais quand même pas mal hyper bien gardé de la mort, puisque le beau Tom doit passer par le toit.) Pour voir s’il peut y arriver avec sa corde, il fait des calculs compliqués : en plus d‘avoir des couilles et d’être sensible, il est intelligent ! Le Beau Tom est vraiment l’homme parfait (C’est Katie qui doit être contente).
S’ensuivent encore des péripéties incompréhensibles qui n’ont d’autre but que de nous montrer que le beau Tom est vraiment balèze (et que JJ Abrams filme comme une bite aussi) On retrouve alors la scène du pré générique où, parce qu’il croit qu’on a tué sa femme, on voit le beau Tom pleurer : en plus d‘avoir des couilles, d’être sensible et intelligent, c’est aussi une tafiolle...
Mais en fait elle est pas morte (putain quel twist, Shyamalan n’aurait pas mieux fait !) Ce n’était pas vrai, c'était pour rire, halala, l'autre tout de suite il chiale... de mon temps y'avait des hommes des vrais... halala, ces jeunes... donc c'était une autre femme avec un masque de Michelle Monagan qui meurt à sa place. Le beau Tom se libère donc, et va sauver sa femme avec l’aide de Simon Pegg (putain il fout quoi là lui ? Retourne exterminer des zomblards toi !)
Bref, le beau Tom tue le vilain terroriste adipeux, sauve sa femme et lui dit la vérité sur son boulot.

Morale de l’histoire : Tom est super beau, le mariage c’est bien, Tom est vraiment super beau, le mensonge c’est mal, et Tom est vraiment le mec idéal dont toutes les filles rêvent...

Rien à sauver dans cette bouse à la gloire de Tom pouce...



Arnaud Schilling

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.