critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Mercano, el marciano. 2002.
Origine : Argentine
Genre : Science-fiction
Réalisation : Juan Antin
Avec les voix de : Graciela Borges, Roberto Carnaghi, Fabio Alberti, Damián Dreyzik...


C'est un film d'animation Argentin de Juan Antin datant de 2002, qui mélange images de synthèses et animation pure. Les graphismes ont un style particulier, c'est trés simple mais trés expressif. On dirait un peu du South Park, en plus perfectionné. Mercano est né en Argentine en 1999 pour des sketchs de quelques minutes pour MTV. Le projet de film a été long et ardu a mener mais en 2002 il fut enfin présenté au festival d'Annecy.

Mercano est un petit martien qui, un jour, va faire balader son chien (enfin sur mars ce ne sont pas des chiens, ce sont des sortes d'étoiles de mers qui marchent). Seulement un satellite terrien (la sonde Voyager!) s'écrase sur son chien. Comme dans Starman, il y a un disque dans l'engin qui dit "nous ne vous voulons pas de mal etc.". Mercano n'est pas du tout content. Il est même tout furax, alors il monte dans son vaisseau et par une suite de cafouillages dans son pilotage il se retrouve sur Terre (au passage il rate son atterissage, causant la mort de nombreux terriens). Là, Mercano se retrouve face a une société entiérement soumise a la loi du marché, commandée et instrumentalisée par la "Compagnie" gérée par un petit conglomérats de personnages obnubilés par l'argent. Il s'installe dans un caniveau pour fuir la misère des rues peuplées de junkies désouevrés, de petits malfrats et jonchées d'encore plus d'ordures que les égouts... Mercano vole un portable et se connecte a Internet. C'est dingue : alors qu'il est en voyage sur notre belle planète, il préfére se cloitrer dans les égouts et surfer sur le net plutot que de profiter du monde réel ! Il faut dire que celui-ci n'est pas trés acceuillant...

Derrière ce postulat de départ, Mercano el martiano se veut une caricature mordante et satirique de notre monde en crise. Rien de révolutionnaire mais le format du film et l'humour dans le traitement des différents thèmes (les personnes qui se coupent du monde réel, la caricature des "rebelles" qui veulent revenir aux vraies valeures snas pouvoir se couper de leurs besoin technologiques, une société consummériste qui file a sa perte....) font mouche. Sans compter les répliques hilarantes... Rien que les gargouillis de Mercano en version original sont amusants...et font penser a un certain Kenny...
Mercano rencontre sur internet un petit terrien qui veut quitter la Terre. Personne de sain d'esprit ne voudrait normalement vivre sur cette planéte, semble nous dire le film... Cette rencontre entre les deux étres va bousculer toutes les conventions...surtout que le petit garcon est le fils...du patron du conglomérat !
Satire de la société Argentine et de la mondialisation économique de façon plus générale, "Mercano" est un petit bijou a voir d'urgence. Le film ne dure pas trés longtemps (1 h 15) et la fin est, j'ai trouvé, trés amusante !

Graphiquement ce n'est pas tout a fait un OVNI, on pourrait donc rapprocher cela d'un South Park. L'humour rejoint un peu celui du dessin animé de Trey Parker mais on pourrait aussi voir une forme d'humour sud américain, trés acide et subtil, surtout des gags de situation et des jeux visuels. Les idées altermondialistes sous-jacentes méritent réflexion mais je ne crois pas qu'on puisse dire que le film soit plus qu'un pamphlet léger...

Argh!

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.