critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Leatherface, The Texas chainsaw massacre III. 1990.
Origine : Etats-Unis
Genre : Horreur
Réalisation : Jeff Burr
Avec : Kate Hodge, Viggo Mortensen, William Butler, Ken Foree...


A l'entame des années 90, les films d'horreur éprouvent les pires difficultés pour se frayer un chemin jusque dans nos salles. Si les années 80 ont été fertiles en franchises horrifiques aux fortunes diverses, leurs nombreux rejetons ont, les années passant, davantage rempli les étalages des vidéoclubs que les salles de cinéma. Même Jason a dû se résoudre à quitter les grands écrans à l'occasion de son escapade new-yorkaise. Seul Freddy résiste, fort d'adeptes toujours aussi nombreux de par le monde. Le genre horrifique entre dans une période sombre et voit sa production se réduire comme peau de chagrin. De ce fait, sans un grand nom derrière la caméra, ou la caution d'un auteur important (Stephen King, par exemple), il devient de plus en plus difficile pour un petit film d'horreur de toucher le grand public. Un constat qui s'éternise jusqu'en 1997 et la sortie de Scream de Wes Craven, dont le succès marque le point de départ d'un nouvel engouement pour l'horreur. Mais venons-en au film qui nous intéresse présentement, Massacre à la tronçonneuse 3. Ce film jouit de l'aura acquise au fil du temps par le film original réalisé par Tobe Hooper, et peut encore susciter l'intérêt des spectateurs du fait de la faible fréquence de ses suites (seulement la deuxième depuis 1974). Pour ce troisième épisode, Jeff Burr ambitionne de revenir aux recettes de l'original, à savoir une ambiance putride et morbide, et de mettre un frein aux délires gores de Massacre à la tronçonneuse 2.



Michelle et Ryan traversent les Etats-Unis pour ramener leur voiture au père de la jeune femme. Les deux jeunes gens ne cessent de se chamailler alors que ce périple avait pour but de raviver les liens de leur couple qui bat de l'aile. Leur rencontre nocturne avec un maniaque à la tronçonneuse sur une route déserte du Texas ramène leur dispute à sa vacuité.

Massacre à la tronçonneuse 3 s'ouvre par un texte dont le but est de remettre le film en perspective. Ce texte revient sur les événements relatés lors de Massacre à la tronçonneuse premier du nom et réécrit l'histoire en occultant purement et simplement ce qu'il s'est passé dans Massacre à la tronçonneuse 2. Il apparaît ici que Sally, survivante du carnage de 1973, est morte dans une clinique privée en 1977, et que le présumé tueur auquel elle avait été confrontée à été condamné à la chambre à gaz en 1981. Ce court texte d'introduction marque très clairement la volonté de revenir aux sources du mythe. Nous ne verrons pour ainsi dire aucunes traces réelles de civilisation, passé un barrage autoroutier consécutif à la découverte d'un charnier dans un marais à proximité de la route. La station service à laquelle s'arrête le jeune couple ne constitue qu'un trompe-l'oeil de civilisation, leur cause étant déjà entendue. Symboliquement, le barrage mis en place par la police locale s'apparente aux portes de l'enfer. En le franchissant, Michelle et Ryan s'avancent vers une mort certaine, une mort protéiforme, qui peut aussi bien être représentée par un cow-boy au visage avenant (Viggo Mortensen lors de ses tonitruants débuts) que par une fillette à l'air innocent. Cependant, sa forme la plus efficace demeure ce grand échalas affublé d'un masque de cuir qui, dans un souci de modernité et pour plus d'efficacité, a troqué l'habituelle faux pour une rutilante tronçonneuse. Bien qu'il oeuvre toujours en famille, Leatherface reste la figure emblématique de cette série, ce qui lui vaut les honneurs d'un troisième film qui porte son sobriquet. Il gagne définitivement ses galons de croquemitaine à l'issue d'un film qui a fini par complètement échappé à Jeff Burr, son réalisateur. Propulsé sur le tournage au dernier moment, il n'a eu que peu de latitude pour réaliser un film dont il puisse être fier. C'est que désormais, les droits de la franchise sont la propriété de New Line, spécialiste des sagas horrifiques depuis l'avènement de Freddy Krueger dans Les Griffes de la nuit, et qui met un point d'honneur à ajouter dans son giron tout ce que le cinéma fantastique compte de figures emblématiques (Jason en fera également les frais). La firme ne peut donc pas se permettre de mettre un terme aux agissements d'une probable poule aux oeufs d'or, et arrange une fin qui apporte une touche de surnaturel à un personnage qui tirait jusqu'alors son potentiel horrifique de sa sordide réalité. Une faute de goût dont la firme est coutumière et qui ne la tracasse nullement.



Dans un tel contexte, Jeff Burr tente de coller à sa vision du mieux qu'il peut. Il ne s'attarde guère sur les scènes sanglantes (ce qui n'a pourtant pas empêché la censure de frapper) au profit de la famille cannibale, riche de cinq membres (six, si on compte le grand-père défraîchi). Pourtant, les passages qui les mettent en scène ne se démarquent guère de ce que Tobe Hooper avait pu faire par le passé. Il nous gratifie d'un énième repas familial saupoudré des inévitables disputes entre les différents membres, le tout sous les yeux larmoyants de Michelle, impuissante spectatrice. A noter la pitoyable prestation de son interprète, Kate Hodge, dont les pleurs et les cris que ne manque pas d'attirer la caméra, insupportent lourdement. Les seuls changements notables qu'il apporte concerne Leatherface lui-même, dépeint comme un enfant dans un corps d'adulte, adepte du caprice et peu habile aux jeux d'éveil.



Les raisons de se réjouir se font rares dans ce troisième opus. Massacre à la tronçonneuse 3 souffre de personnages inutiles, en premier lieu des quels figure une ancienne victime de la famille qui tarde à prendre les jambes à son cou, et d'une tonalité d'ensemble qui hésite constamment entre l'hommage au glorieux aîné ou l'ébauche d'une ambiance qui lui est propre. Heureusement, Ken Foree, en bon professionnel du genre horrifique, nous offre une belle séquence de tire à vue et d'une non moins belle réplique que je ne peux m'empêcher de partager avec vous. Alors qu'il lutte vaillamment contre l'un des frères de Leatherface, il ne peut s'empêcher de l'interroger sur leurs motivations :
-"Mais pourquoi faites-vous ça ?
-On a faim.
-Et les pizzas ?"

Voilà, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais cela a suffi à m'arracher un sourire. C'est toujours ça de pris, et puis cela me permet de conclure ce texte sur une note positive. On a les artifices qu'on peut.

Bénédict Arellano

Voir aussi :




Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.