critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Betrayed. 1988.
Origine : Etats-Unis
Genre : Pamphlet frelaté
Réalisation : Costa-Gavras
Avec : Debra Winger, Tom Berenger, John Heard, John Mahoney...


Katie Phillips (Debra Winger), saisonnière dans une exploitation agricole, fait la connaissance de Gary Simmons (Tom Berenger), veuf et père de deux enfants. Ils tombent rapidement et follement amoureux l'un de l'autre et tout semble réuni pour qu'ils courent des jours heureux ensemble.
Seulement voilà, Katie Phillips se nomme en réalité Cathy Weaver et en enquête pour le F.B.I. Un animateur radio de Chicago un brin provocateur s'est fait assassiné et les soupçons se portent sur Gary et ses amis. Cathy ne le croit pas lié à cette affaire. C'est vrai quoi, comment un homme aussi charmant, bon père de famille et incapable d'abréger les souffrances de sa jument pourrait faire partie d'une organisation paramilitaire et tuer des gens?
Simplement d'un coup de cuillère à pot! Au grand dam de Cathy, le bon gars se révélera un être abject et profondément raciste aimant chasser le noir le soir au fond d'un bois.

Etrange que Costa-Gavras ait choisi ce scénario pour évoquer les organisations paramilitaires composées de nostalgiques du Ku Klux Klan. Au lieu de prendre son sujet à bras le corps, il se concentre davantage sur le vague suspense émanant de la présence de Cathy dans la gueule du loup. La question "Sera t-elle démasquée?" prend le pas sur le reste qui ne sert alors plus que de toile de fond.
Si au moins le scénario brillait par son originalité, cela aurait pu marcher un tant soit peu mais ce n'est pas le cas. On a ainsi droit au copain de Gary très soupçonneux envers sa nouvelle petite amie mais qui ne sera pas écouté et à l'agent du FBI, ex de Cathy et qui voit d'un sale oeil son amour naissant pour le sujet de son enquête.
Et puis cette histoire basée sur un coup de foudre m'a paru des plus grotesques. Impossible de croire au personnage de Gary Simmons tant son attitude défie toute logique. Lui qui est haut placé dans la hiérarchie de son organisation, qui fait partie des décideurs et qui, à ce titre, devrait se montrer d'une prudence sans faille, dévoile tout de ses activités à Katie sur la seule foi d'un "Je t'aime". Je sais bien que l'amour nous transforme mais dans ce cas précis, j'ai trouvé ça trop gros d'autant que même les enfants révèlent leur véritable visage à ce moment précis, comme si ils avaient attendu la permission de leur père.

Au milieu de cette intrigue policière, Costa-Gavras nous montre tout de même certaines choses comme l'embrigadement des enfants et les liens étroits que ces organisations peuvent entretenir avec la sphère politique. Des broutilles quand on sait que Costa-Gavras ne rechigne pas, d'habitude, à foncer dans la mêlée pour dénoncer ce qu'il réprouve.
La Main droite du diable s'apparente à une tentative (ratée) de film plus grand public, Costa-Gavras ne parvenant pas à dynamiser un scénario plutôt pauvre en faisant preuve d'une trop grande frilosité.

Et quand on pense que Joe Eszterhas a connu son heure gloire jusqu'au début des années 90, c'est à ne plus rien n'y comprendre...

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.