critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



The Devils. 1971.
Origine : Royaume-Uni
Genre : Drame historique
Réalisation : Ken Russell
Avec : Oliver Reed, Vanessa Redgrave, Dudley Sutton, Max Adrian...




Adaptation d'un livre de Aldous Huxley, Les Diables se base comme le dit un avertissement à son ouverture sur des faits réels. A Loudun, en France, dans la première moitié du dix-septième siècle, les protestants peuvent vivre en paix avec les catholiques, protégés par la relative autonomie de la ville accordée par le Roi Louis XIII à son ami Gouverneur et par des fortifications prévenant toute invasion extérieure. Dans ce milieu, le père Grandier est une personnalité reconnue pour son ouverture d'esprit et connu pour sa frivolité. Mais lorsque le Gouverneur de Loudun meurt, Richelieu va tenter d'imposer la volonté de l'Etat à Loudun, en trouvant une solution qui ne contredira pas la promesse de liberté donnée par le Roi à son ami défunt. Pour ce faire, il devra se débarasser du père Grandier. Grâce à la mère supérieure d'un couvent local, névrosée à force de ne pas pouvoir coucher avec Grandier (et d'autant plus que celui ci, coupant avec les règles catholiques, épousera une autre femme), Richelieu parviendra à le faire inculper de sorcellerie...



L'un des films les plus polémiques de l'histoire, découpé par la censure et banni par certains pays (l'Italie ira même un temps jusqu'à menacer les deux acteurs principaux de prison au cas où ils viendraient à mettre le pied sur le territoire italien !), les Diables n'est pas de ces films dont la réputation est usurpée. Malgré la censure massive, le film reste très très violent, très sexuel et surtout très virulent dans sa description d'une partie de l'histoire du catholicisme, vu ici comme l'un des moyens d'oppression de l'Etat, qui n'hésita pas à donner carte blanche à des catholiques plus qu'intégristes... Des inquisiteurs. Car c'est bien une des formes de l'inquisition, qui est présentée ici, il n'y a pas de doutes. Ne serait-ce que pour l'alibi de la sorcellerie, doublement fondé sur du vent, puisque découlant de l'hystérie religieuse ne se fiant qu'à des témoignages sans approfondissements et d'une volonté politique absolutiste. Tout ici respire l'exagération, ce qui permet à Russell de créer les scènes qu'il aime, grandioses, théâtrales et exubérantes, presque fantastiques, mélangeant humour et décadance, tout en desservant à la perfection la folie qui marque les inquisiteurs, jusqu'au boutistes non seulement dans leurs mensonges mais aussi dans leurs actes. Il n'y a qu'à voir le traitement reservé à cet exorcisme de masse destiné à purifier les nonnes du couvent soit-disant perverties par Grandier, et qui ressemble mille fois plus à un carnaval de débauchés qu'à un exorcisme tel qu'on peut l'imaginer. Rien de solennel ici, et cette scène n'est pas un exorcisme tel que le montrera William Friedkin deux ans plus tard (même si une séquence de vomi laisse penser que Friedkin s'est tout de même un peu influencé des artifices de Russell). Elle représente à elle seule également l'hyprocrisie qui règne, avec cette mère supérieure prête à tout pour prouver son histoire de possession démoniaque imputable à Grandier, mais aussi elle constitue une parfaite illustration des méthodes inhumaines pratiquées par ces chastes inquisiteurs, supersitieux et sadiques. Bref tout l'opposé d'un Grandier certes en décalage avec le dogme officiel, certes frivole, mais qui reconnait ses erreurs et qui est prêt à les assumer pour défendre son idée de tolérance, et d'humanisme. Bref les vraies idées chrétiennes. Pour preuve, citons la scène où il s'éprend de s'occuper d'une pauvre femme à laquelle on soigne sa maladie (la peste) avec des piqures de frelons. Il y a donc tout un décalage entre ces redresseurs de torts et ce Grandier, qui a en plus à gérer les assauts de l'une de ses précédantes conquêtes, enceinte, sans compter la fameuse mère supérieure névrosée, aussi dégénérée que les inquisiteurs. Dans tout ça, le peuple, au début admirateur de Grandier, n'en sortira pas non plus tout à fait grandi, mais les retournements de veste peuvent être compris par la peur de l'exposition aux inquisiteurs déments (d'ailleurs tous les acteurs du films livrent des prestations superbes). La fin du film sera logique, terrible, et on la sentira venir de loin... Et c'est justement ça qui donne au film tout sa noirceur même dans les moments les plus fantasques : l'irrémédiabilité d'une situation absure, scandaleuse et ultra-violente.

Bref autant dire que le film de Ken Russell est fort, très fort. Non pas antireligieux, mais combattant farouchement l'intégrisme paranoïaque, ceux qui surfent dessus ainsi que le lien entre l'Etat et l'Eglise. Un film réussi en tout point, et dont le sort qui lui fut reservé par les censures reste aujourd'hui honteux, quand bien même le film peut sembler extrêmement cru.



Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.