critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Kingdom of Heaven. 2005.
Origine : Etats-Unis
Genre : Epique
Réalisation : Ridley Scott
Avec : Orlando Bloom, Eva Green, Liam Neeson, Jeremy Irons...


Un film de plus dans la filmographie plus qu’étoffée de Ridley Scott ! Kingdom of Heaven se démarque de cette dernière, par sa médiocrité apparente.
Je m’excuse de dire aussi brusquement que le film est mauvais, mais pourtant… Pourtant, il avait tout pour être bon, une histoire intéressante, forte, avec des thèmes contemporains, un réalisateur qui n’a plus rien à prouver, et un casting qui avait tout pour plaire.
MAIS. Car il y a un mais, et un gros. Orlando Bloom. Je suis désolé, mais ce type a le don de tuer un film. Il a le charisme d’une huître, et est vraiment trop lisse pour un rôle comme celui-ci. Et ça a le don de gâcher un film, tous ses films même ! Lui donner le rôle d’un personnage charismatique est une grosse erreur à mon avis !
Résumons rapidement.
Un type normal, forgeron, comme dans Pirates de Caraïbes (...), se voit propulser dans une guerre qui le dépasse totalement, les Croisades. Protégeant Jérusalem, il mènera une bataille une armée à la bataille, comme dans Le Seigneur des Anneaux, un rôle de composition, pour un acteur en décomposition. Je sais, je suis méchant, mais merde quoi ! Ridley a su nous en montrer des plus charismatiques des acteurs, pour des rôles forts, charismatiques, mais avec une vraie sensibilité aussi, je pense à Russel Crow dans Gladiator, à Seagourney Weaver dans Alien, à Harrison Ford dans Blade Runner, et j’en passe ! Là, même Mickey est plus charismatique qu'Orlando (jeu de mot avec Orlando/Disney World et Mickey ! Je vous remercie de bonne grâce !)
Allez, si je suis déçu, c’est sans doute aussi parce que j’en attendais beaucoup, et que j’en entendais parler depuis Verhoeven/Schwarzenberg, et là, je ne sais pas pourquoi, mais j’aurais vu le film beaucoup plus digne que ce qu’on lui a donné. Je suis déçu, parce que Ridley Scott m’a habitué à mieux, je suis déçu parce que j’y ai vu des acteurs que j’adore se ridiculiser dans un film où l’épique aurait pu être le maître mot. Alors oui, les bataille sont immenses, on en prend plein les yeux, mais on reste sur notre faim, il manque un je ne sais quoi, au-delà d’Orlando Bloom, ce film aurait gagné à être plus sombre, plus machiavélique, peut-être moins contemporain. Parce qu’irrémédiablement, on y pense à la situation d’aujourd’hui, à cette géopolitique dont on nous parle tous les jours, mais l’Histoire a évolué, les problèmes ont changé, les besoin ne sont plus les mêmes, sans doute aurait-il fallu penser en gens de l’époque des croisades plutôt qu’en hommes du 21ème siècle. Quoique, me direz-vous, Bush pense encore comme un homme du Moyen-Age après tout...
Au final, on a un blockbuster bien ficelé, parce que Ridley Scott n'est pas n'importe qui, souffrant d’un handicap énorme, Orlando Bloom, d’un scénario traité à la légère, mais un film de spectacle à la hauteur des derniers sortis récemment. Pas mieux qu'Alexandre, pas mieux que le surprenant Roi Arthur, ce film est dans la droite lignée de ce qu’Hollywood nous envoit depuis quelques temps, des films où on met l’argent dans les effets spéciaux, et dieu sait si on a compris que du fric ils en avaient et qu’ils savaient s’en servir de leur foutus effets spéciaux, mais au final, des films creux, sans grande prétention, sinon que divertir, mais je ne sais pas, ne sommes-nous pas en droit d’attendre un film plus engagé lorsqu’on parle de Croisades, ne sommes-nous pas en droit de montrer la stupidité des guerres de religions ?
Là-aussi c’est un gros défaut, c’est un film trop sage. Trop lisse, comme le héros.
Mais je ne nierai pas le travail extraordinaire sur les batailles, sur les décors et costumes, je ne nierai pas le travail formidable de l’équipe technique, mais Ridley, je t’en prie, arrête de faire tourner Orlando, si c’est pour faire venir des adolescentes boutonneuses dans les salles de cinéma, prend un acteur avec plus de prestance s’il te plait !
Maintenant, si vous avez le défaut d’apprécier Orlando Bloom, vous aimerez peut-être le film...

Jérémie Conde

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.