critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Hollywood Homicide. 2003.
Origine : Etats-Unis
Genre : Polar nonchalant
Réalisation : Ron Shelton
Avec : Harrison Ford, Josh Hartnett, Lena Olin, Bruce Greenwood...


Les membres d'un groupe de rap sont massacrés dans une boîte de nuit au coeur de Hollywood. La police locale dépêche sur les lieux du crime son meilleur élément, Joe Gavilan, accompagné de son partenaire de fraîche date, K.C. Calden. Une enquête qui pourrait bien être la dernière du duo, confrontés qu'ils sont à la vindicte d'un officier des affaires internes et à leurs tourments personnels.

Ron Shelton s'est fait pour spécialité la réalisation de films dans les milieux sportifs : le golf avec Tin Cup, le basket avec Les Blancs ne savent pas sauter ou encore la boxe avec Les Adversaires. Puis, sans crier gare, il réalise un polar sombre que magnifie la prestation de Kurt Russell, Dark Blue. Tiré d'un scénario original de l'écrivain James Ellroy, Dark Blue revient sur les émeutes de South central consécutives à l'affaire Rodney King. Apre et parfaitement maîtrisé, Dark Blue détonne au sein de la filmographie de son auteur, qui s'était jusque là plutôt cantonné à des films gentillets et inoffensifs.
Avec Hollywood Homicide, il revient à un cinéma plus conforme à ce qu'on attend de lui. Certes, il s'agit une nouvelle fois d'un polar mais d'un polar au rythme nonchalant et décontracté. Pour ce film, Ron Shelton reprend les recettes du buddy-movie tout en les accomodant à sa sauce. Ainsi, malgrè une très nette différence d'âge, il n'est jamais question d'un conflit intergénérationnel entre les inspecteurs Gavilan et Calden. Ron Shelton joue davantage sur des rapports- père-fils.
Joe Gavilan et K.C.Calden ont suffisamment de soucis en tête sans avoir en plus à se dépatouiller d'une lutte d'égo. Gavilan, divorcé trois fois, peine à joindre les deux bouts, ce qui l'oblige à jongler entre son boulot de flic et celui d'agent immobilier. Quant à Calden, il souhaite quitter la police pour se lancer dans une carrière de comédien. A ces problèmes personnels s'ajoute l'inspection des services qui leur cherche des noises. Dans ces conditions, on comprendra aisément que leur enquête représente le cadet de leurs soucis. Qu'on se rassure, même préoccupés, les deux policiers parviendront à rendre justice, bien aidés en cela par des coupables tout sauf insaisissables.

C'est marrant comme certains films poussent à l'indulgence. Hollywood homicide est de ceux-là. L'intrigue policière a beau être fort mince, on se laisse bercer par le rythme paisible de cette enquête et on s'amuse devant les gesticulations de Gavilan, ce dernier mettant plus d'énergie à tenter de vendre la maison d'un riche producteur plutôt qu'à alpaguer les coupables. A titre personnel, je trouve Harrison Ford beaucoup plus à son aise lorsqu'il joue un vieux beau fort en gueule plutôt qu'un super président éradiquant toute présence communiste de son avion.

En ces temps où la surenchère est reine, il s'avère bien sympathique parfois de se plonger dans un film bon enfant et sans autre prétention que d'offrir un spectacle correct même si dénué d'originalité.

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.