critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Il Grande Silenzio. 1968.
Origine : Italie / France
Genre : Western spaghetti
Réalisation : Sergio Corbucci
Avec : Jean-Louis Trintignant, Klaus Kinski, Franck Wolff, Luigi Pistilli...




L'année 1964 marque un tournant au sein de l'industrie cinématographique italienne. Jusqu'alors résolument tournée vers le péplum, le succès de Pour une poignée de dollars de Sergio Leone change la donne et engendre ce qu'on appelle communément le western spaghetti. Un genre atypique, souvent raillé hormis les autres incursions de Sergio Leone, sorte de chef de file à l'ombre parfois trop écrasante, et qui, avec le recul dont nous disposons aujourd'hui, a produit bon nombre de pépites. Sergio Corbucci fait partie des besogneux du cinéma italien, qui réalise ses films en fonction de la mode du moment. Ce qui ne l'a néanmoins pas empêché de réaliser quelques oeuvres marquantes, dont Django en 1966, qui intronise Franco Nero au rang de star, et Le Grand Silence, film passé relativement inaperçu à l'époque de sa sortie et qui, les années passant, a intégré le gotha des meilleurs westerns italiens.

En cet hiver 1898 règne un froid extrême dans la province de l'Utah. Ce rude climat conduit hors-la-loi, bûcherons et paysans affamés à descendre des forêts pour piller les villages alentours. Cette situation est une aubaine pour les chasseurs de primes qui croûlent sous le travail. Leur chef de file, Tigrero (Klaus Kinski) prend un malin plaisir à ne retenir que la première alternative de la célébre formule "Mort ou vif".
A Snow Hill, El Silencio (Jean-Louis Trintignant), redoutable tueur engagé par la veuve d'une des victimes de Tigrero, va se dresser sur sa route.



En général, lorsqu'on pense western, on pense contrée désertique, chaleur écrasante et poussière suffocante. Sergio Corbucci va à l'encontre de ses idées reçues et prend un malin plaisir à raconter ses histoires dans des cadres moins évidents. Ainsi, la ville où se débattait Django était submergée par la boue. Dans Le Grand Silence, il pousse le dépaysement encore plus loin en situant son action dans une ville sise en pleine montagne, par un froid glacial et croulant sous la neige. Un climat inhospitalier pour un village qui ne l'est pas moins. Snow Hill exhale un fort parfum de mort, entre ces hommes et femmes qui meurent de faim dans les forêts alentours et tous ses cadavres que les chasseurs de primes laissent derrière leur passage. Une véritable engeance que ces gens là. Ils agissent en toute impunité, leur force faisant loi. L'arrivée de El Silencio, loin d'apporter le calme tant espéré, ne va qu'aggraver la situation. C'est en quelque sorte un héritier de l'homme sans nom que Sergio Leone a porté au firmament, en encore moins loquace. Et pour cause, puisqu'il a été rendu muet par les assassins de ses parents dès sa tendre enfance. Porté par sa soif de vengeance, il fait figure d'ange de la mort, seule personne capable d'opposer une contradiction efficace à la mainmise des chasseurs de primes. Toutefois, tout tueur qu'il est devenu, El Silencio s'abstreint à un code de conduite en ne tirant qu'en état de légitime défense. Un principe immuable qui constitue son talon d'achille. Tigrero est son exact contraire. Affable de prime abord, c'est un homme dénué de scrupules et capable des pires bassesses pour parvenir à ses fins. Il bénéficie en plus du soutien des autres chasseurs de primes, dont il fait figure de leader, alors que El Silencio ne peut compter que sur l'appui du nouveau shérif de la ville. Intelligent, Tigrero profite allégrement de la faiblesse de El Silencio. Il a sans doute trouvé pour une fois un adversaire à sa hauteur, seulement celui-ci répond encore au code suranné du vieil Ouest. L'appât du gain a remplacé l'honneur en tête des préoccupations des cowboys, et fournit une motivation autrement plus grande. El Silencio et Tigrero représentent les deux facettes du western de l'époque. Le premier, le western flamboyant venu des Etats-Unis avec ses personnages vertueux qui répondent à un code de l'honneur très strict. Un genre qui se meurt. Le second, le western italien, plus violent et jusqu'au boutiste, qui vit là ses plus belles heures.
Sergio Corbucci, comme l'ensemble des réalisateurs de westerns spaghettis, met à mal les valeurs de l'Ouest. Toute légende est occultée au profit d'un réalisme sordide. Rester en vie dans un tel environnement réclame non seulement de fortes aptitudes au tir, mais aussi une propension à la pire bassesse. En cela, le western spaghetti rejoint la vision désenchantée d'un Sam Peckinpah. Les duels dans les règles de l'art laissent place à des affrontements à dix contre un, et un homme à terre n'est pas à l'abri des coups.

Le Grand Silence nous dépeint un Ouest des plus sauvages au sein duquel les chasseurs de primes se sont substitués au pouvoir policier. Forts de l'impunité que leur confère leur fonction, ils instaurent un véritable climat de terreur qu'illustre à merveille un final d'une brutalité inouie. Pour le coup, nous autres spectateurs, en restons aussi muets que El Silencio.



Bénédict Arellano

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.