critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



El gran amor del conde Drácula. 1972.
Origine : Espagne
Genre : Horreur
Réalisation : Javier Aguirre
Avec : Paul Naschy, Haydée Politoff, Ingrid Garbo, Víctor Alcázar...




Quatre femmes se promènent sous la tutelle d'un homme à travers les célèbres Carpates. Le groupe se trouve justement à proximité du lieu de résidence du comte Dracula lorsque par manque de chance leur attelage perd une roue, les contraignant à demeurer sur place et à aller trouver refuge au sanatorium voisin, une vaste bâtisse à la sinistre réputation qui est aujourd'hui occupée par le solitaire Dr. Wendell Marlow (Paul Naschy). Par ailleurs plus accueillant qu'ils ne le l'imaginaient, leur hôte leur apprend qu'ils devront attendre le prochain ravitaillement dans environ une semaine avant d'espérer pouvoir repartir. Bon. Pas sûr que tout le monde survive jusque là, puisqu'après quelques disparitions inquiétantes, il devient évident que tout gentil qu'il est, Marlow semble avoir quelques petits secrets d'ordre vampirique.

Comme souvent avec Paul Naschy, les modernistes peuvent passer leur chemin. La conception que l'ibère se fait de l'horreur est aussi solennelle que rétro, reposant toute entière sur des recettes déjà éculées à la fin des belles heures de la littérature gothique et qui en plus sont traitées sans l'ombre d'un second degré malgré des budgets réduits. Naschy attribue en effet à ses personnages (ici un vampire, mais on connait mieux Waldemar Daninsky et sa saga lycanthropique) des vertus morales qui entrent souvent en contradiction avec la nature monstrueuse à laquelle ils sont condamnés, ce qui fait d'eux des êtres maudits et tourmentés dans la droite lignée de la créature de Frankenstein. Cette abnégation à répéter un même schéma thématique est à mettre en parallèle avec l'amour porté par Naschy à toutes les figures mythologiques de l'horreur, qui pour lui ne peuvent pas être tout à fait mauvaises. Les réalisateurs engagés pour ses films importent peu, et tous doivent se plier au style Naschy. Les seuls éléments véritablement modernes de ses films tiennent en deux choses déjà présentes à l'origine des mythes concernés et qui sont traitées de façon plus explicite, à savoir le gore et l'érotisme. Tout deux sont dévoilés sans trop de retenue, parfois de façon naturelle, et parfois de façon artificielle, tout dépend de la limpidité du scénario. Dans Le Grand amour du comte Dracula, film qui (après une introduction plus ou moins liée à ce qui va suivre) démarre avec quatre jeunes filles et quelques aléas amoureux, on le sent venir gros comme une maison : l'érotisme jouera un rôle majeur. Parfois justifié (les scènes de vampirisme lesbien ou non, très esthétiques), d'autres fois totalement gratuit et ravalé au simple rang de nudité complaisante (une baignade à la piscine du château / sanatorium). Gardons tout de même à l'esprit qu'en ces temps de dictature franquiste, les films espagnols se devaient d'être parés à toute censure au plan local, et qu'il convenait donc pour garder l'intégrité des scénarios de placer les scènes de nus à des endroits où elles pouvaient sauter sans nuire à la compréhension. D'où l'impression qu'elles tombent parfois comme un cheveu sur la soupe. Ce qui n'empêche que certaines d'entre elles sont vraiment trop hors-sujet et ne sont là que pour constituer un argument de vente à l'internationale. Concernant le gore, maintenant... et bien dans le film qui nous intéresse ici Naschy est dans la moyenne de l'époque. Quelques égorgements, un empalement, un corps en décomposition, mais rien de bien transcendant faute d'avoir mis en avant les effets spéciaux. On en revient donc aux conceptions classicistes de Naschy du cinéma d'horreur.



Le Grand amour du comte Dracula n'est définitivement pas du grand Naschy. La faute à un scénario hésitant qui se perd plus longtemps qu'il n'y faudrait dans un simple jeu de massacre. Un à un, les invités deviennent des vampires, sous l'impulsion des deux lascars de l'introduction, devenus vampires en ouvrant le film. Une seule devra survivre pour passer aux choses sérieuses. On sent que l'idée principale du film est là, mais que l'acteur et scénariste n'arrive pas à l'étendre sur un long métrage. Toute la première partie est en conséquence futile, parfois même empreinte d'une lourdeur qui a valu au film des quolibets de la part de cette empaffée démago d'Elvira, qui l'a présenté dans son émission "Movie Macabre" (fort déplaisante d'ailleurs, puisqu'elle truffe les films présentés de ses interventions pas drôles). Le fait que l'attelage perde une roue à proximité du lieu d'habitation de Dracula, passe encore. Mais que Naschy y ajoute coup sur coup la mort du cocher, terrassé par un coup de sabot, la fuite des chevaux et l'histoire des ravitaillements hebdomadaires, et on ne peut que se dire qu'il a tout de même tendu la perche pour se faire battre. Placer des plans récurrents de lever et coucher de soleil et de pleine lune -et sans velléités artistiquo-poétiques- à intervalle très régulier pour montrer à quel stade de la journée nous nous trouvons est également fort maladroit, surtout que cela dure jusqu'au dénouement. Les vampires dépendent de cela, d'accord, mais était-il nécessaire de se montrer aussi insistant ? A force de regarder la pleine lune, on a presque l'impression que Naschy se prend à attendre impatiemment l'heure où il redeviendra un loup-garou. La plus grande erreur tient cependant dans la façon dont Naschy amène le "gros" du film. Des libertés seront prises avec le mythe traditionnel de Dracula, tant mieux. Mais pour bien le faire comprendre, et pour que le spectateur s'y retrouve, Naschy utilise des procédés pour le moins grossiers, tels que le "résumé de la vie post-Van Helsing de Dracula" fait par l'inutile guide de ces dames dans l'attelage juste avant l'accident, ou encore la découverte d'un livre justement signé Van Helsing que les personnages liront et nous liront, une fois même avec une illustration onirique avec images en négatif. Pas très naturel, tout ça, tout comme la voix off et les dialogues sur-explicatifs vers la fin du film.
Il aura donc fallu passer par tout cela avant d'en arriver aux choses plus concrètes, à savoir la révélation éventée de la véritable identité de Marlow (bon sang mais c'est Dracula !) et de l'application de ses projets, c'est à dire faire renaître sa fille grâce au sang mêlé d'une vierge pêchée dans le village et d'une amoureuse de Marlow, la survivante du groupe de femmes. C'est là que s'exprime toute la malédiction du vampire, qui par amour est contraint de donner la mort. Ce qui nous vaut donc une belle ambiguïté entre un vampire indécis, pressé par ses servants, et une victime expiatoire (la survivante, pas la villageoise dont tout le monde se moque) qui ne sait plus trop où elle en est. C'est lors de cette partie que l'on assiste aux plus belles scènes érotiques, mais aussi au plus grand travail sur l'esthétisme général et la profondeur des personnages. Une fois débarrassés de la barrière qu'était le faux doute sur la nature de Marlow, Naschy peut enfin vêtir sa cape, se mettre à fréquenter des cryptes, sortir de son cercueil, côtoyer le squelette de sa fille, se battre avec d'autres monstres (qui s'en prennent à sa dulcinée), bref tout ce qui fait le charme des films gothiques en général et de ses films à lui en particulier. Bien sûr, le dilemme shakespearien auquel il confronte son personnage est très appuyé, mais on ne peut que le suivre avec une réelle fascination, tant Naschy s'investit à fond dans son film. Malgré son jeu d'acteur parfois limite, malgré des maquillages douteux (les femmes vampires surtout, tête blanches cadavériques et corps pulpeux hâlés), il y a la volonté de transmettre sa propre affection pour le genre. Naschy se place clairement au même niveau que le public, et il ne s'impliquerait pas autant dans quelque chose que lui-même en tant que spectateur n'apprécierait pas. Ce qui permet aussi d'expliquer pourquoi il s'est montré aussi timide et aussi peu confiant en lui-même dans la première partie du film, pas encore assez fantastique à son goût.

Ma conclusion ne sera pas tant pour condamner un film moyen que pour rendre un hommage général à Paul Naschy, mort le 30 novembre dernier (en 2009), qui toute sa carrière durant n'a jamais cherché à se faire passer pour autre chose qu'un artisan du cinéma d'horreur. Un vrai travailleur manuel, modeste en plus de ça, dont les produits ne sont peut-être pas exempts de défauts mais qui brillent par leur cohérence et leur sincérité. Bien plus que les pseudos "fanboys", qui confondent un peu trop souvent "hommage" et "identité personnelle". Naschy, pour moi, c'est un peu l'incarnation d'un esprit amateur indépendant face à une incarnation professionnelle, celle où l'on ne révère que la perfection et où l'on abandonne tout esprit d'initiative pour se référer à des choses unanimement reconnues sans une once d'audace ou d'initiative personnelle.

Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.