critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Général Idi Amin Dada, autoportrait. 1974.
Origine : France / Suisse
Genre : Documentaire
Réalisation : Barbet Schroeder
Avec : Idi Amin Dada


En 1971, dans la plus pure tradition des coups d'état réussis, Idi Amin Dada profite de ce que le président ougandais d'alors, Milton Oboté, participe à un sommet à l'étranger, pour prendre sa place. Il allait l'occuper pendant 8 ans, 8 années durant lesquelles l'Ouganda allait être dirigée par un chef d'état truculent et déroutant mais surtout sanguinaire et sans pitié. C'est durant cette "carrière" de dictateur à vie, finalement courte par rapport à d'autres de ses condisciples (dont certains encore en activité), que le général Amin est rencontré par Schroeder qui lui propose de faire un film sur lui et avec lui.
Ce qui caractérise le plus souvent les tyrans, outre une propension naturelle à la paranoïa et à l'asservissement violent des populations qu'ils dirigent, est une très haute estime de soi, une envie marquée de se mettre en avant et de vanter leur action, la volonté constante de se présenter sous leur meilleur jour et de pratiquer une propagande visant à l'édification des masses sur les qualités de leur bien-aimé maître. Amin Dada va donc plonger avec délice dans le projet de Schroeder et lui permettre de réaliser l'un des portraits les plus saisissants de dictateur en activité. Indiquant parfois au metteur en scène ce qu'il doit filmer (un hélicoptère atterrissant en pleine opération d'entrainement "d'invasion du plateau du Golan" par exemple), c'est surtout en jouant de sa faconde et de sa volubilité qu'il espère probablement faire adhérer les spectateurs à ses dires. En ce sens, l'incongru "autoportrait" du titre prend tout son sens.



Amin Dada souhaite vraisemblablement redorer une image déjà bien ternie par 3 années de régime qui ont vu disparaitre nombre d'opposants réels ou supposés, membres de l'intelligentsia ne branlant pas du côté du manche et / ou responsables militaires à l'enthousiasme trop léger vis-à-vis du chef suprême. La petite introduction du film relatant le contexte général du pays et présentant une exécution publique permet de contrebalancer tout de suite le côté sympathique du personnage, colosse souriant au physique débonnaire, président hâbleur et cabotin populaire. L'homme qui dit vivre ses rêves, n'être ni capitaliste ni communiste ou un peu des deux, vouloir aider le peuple anglais affamé en organisant de grandes collectes de vivres, a en effet le verbe haut et le sens du spectacle mais n'est pas un simple bateleur et a déjà pas mal de sang sur les mains. Sa présence physique écrase celle des autres tout comme sa toute-puissance écrase son pays.

Amin Dada bouge, parle, joue de l'accordéon (tiens, ça nous rappelle quelqu'un, devenu d'ailleurs président de la République française en cette même année...), participe à des danses tribales, donne de grands conseils (aux médecins par exemple: "ne buvez pas trop"...), fait des effets de manche, se costume (avec une préférence pour les tenues militaires épinglées de médailles), a un sens du cadre qui attire la caméra sur sa personne. Volontiers didactique, il se lance dans des théories fumeuses et alambiquées et se présente comme un leader révolutionnaire. Ancien officier de l'armée britannique (dont l'Ouganda était une colonie), il honnit à présent les Anglais et se gausse volontiers de leur Premier ministre. Parachutiste formé en Israël, dont il était allié, il a changé son fusil d'épaule et soutient désormais les Palestiniens. Musulman s'étant rapproché des pays arabes, il tient des propos admiratifs sur Hitler et sur sa politique d'élimination des Juifs. Lors de la prise d'otages qui ensanglantera les J.O. de Munich en 72, il enverra d'ailleurs au secrétaire général de l'ONU un ahurissant télégramme faisant référence au führer et à la fourberie des Juifs (le destinataire, ceci dit, était Kurt Waldheim, au passé lui-même pour le moins trouble...).

Idi Amin Dada est-il fou ou ne l'est-il pas ? Barbet Schroeder, qui l'a côtoyé de très près pour le film, n'en est pas sûr lui-même. Jusqu'à quel point est-il sérieux lorsqu'il dit ce qu'il dit ? Jusqu'où peut-on le croire lorsqu'il écrit ce qu'il écrit ? Amin Dada interpelle et perd assez rapidement ses soutiens occidentaux lorsqu'il se lance dans ce qu'il appelle la "guerre économique". Mais il stupéfie surtout lorsqu'il écrit des choses aussi absurdes que ce courrier au président de la Tanzanie voisine lui indiquant que, s'il était une femme, il l'aurait volontiers épousé, "malgré ses cheveux gris". Délires d'un dictateur potache ? Provocations d'un boute-en-train devenu commandeur suprême ? A côté de lui, son allié Khadafi ferait presque figure de personnage falot et sans imagination...
Général d'opérette, dirait-on de prime abord, souvent ridicule, (in)volontairement drôle, Idi Amin Dada révèle sa vraie nature lors d'un conseil des ministres particulièrement glaçant. Entouré de personnages cravatés ou en uniformes ayant tous, posés devant eux, leurs attachés-cases dont ils ont sorti nerveusement, avant le début de la séance, des papiers, avant de les y remettre ou d'en sortir d'autres, Amin Dada se lance dans un discours en trois points et autant de leçons affligeantes sur la fonction de ministre mais surtout de menaces à peine voilées. En clair, si vous êtes faibles, vous serez éjectés. Si vous êtes lâches et que vous vous enfuyez, vous serez retrouvés. Et lorsqu'il prend l'exemple du ministère des affaires étrangères pour illustrer les lacunes et les carences qu'il veut absolument combattre, ses propos résonnent comme une condamnation à la peine capitale. Une voix off nous apprend alors que le ministre en question ainsi montré du doigt fut retrouvé mort 15 jours après, flottant sur le Nil, confirmant ce qu'on pressentait au cours de cette séquence...



Au-delà du témoignage sur l'Ouganda et sur son président, Général Idi Amin Dada, autoportrait, offre la mise en scène (ou la mise en image) de l'absolutisme incarné par un homme, de cette volonté de pouvoir qui permet d'arriver au plus haut en écrasant les autres, de cette mégalomanie galopante qui guette tous ceux qui président aux destinées des états. Les bonus de l'édition dvd du film, bien qu'un peu sommaires, permettent de compléter le tableau et d'y apporter les dernières touches rouge sang. Thierry Michel, documentariste et auteur, lui, d'un Mobutu Roi du Zaïre, nous apprend ainsi que la libération par des commandos israéliens des otages d'un avion détourné par les Palestiniens et posé à Entebbe (proche de la capitale, Kampala), se solda, en représailles, par l'exécution de 200 personnes travaillant à l'aéroport, décidée par Amin Dada. Schroeder lui-même explique qu'en apprenant que "son" film faisait rire, Amin Dada exigea des coupes, ce que le cinéaste refusa dans un premier temps avant de les accorder au général, celui-ci ayant réuni toutes les familles françaises présentes à Kampala et menaçant de les liquider...

La force du film réside dans ce qu'il arrive à nous montrer certaines facettes du potentat (celles que celui-ci souhaite mettre en avant notamment), tout en nous en laissant deviner d'autres (on sent très souvent l'entourage du président sur la défensive, par exemple). Et une simple séquence comme celle d'Amin Dada dissertant sur les crocodiles en remontant le fleuve résonne sinistrement lorsqu'on sait qu'il était réputé se débarrasser de ses opposants en les jetant en pâture à ces mêmes crocodiles...

Bigbonn

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.