critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Terror Peak. 2003.
Origine : Etats-Unis / Nouvelle-Zélande
Genre : Film catastrophe
Réalisation : Dale G. Bradley
Avec : Lynda Carter, Parker Stevenson, Anthony Starr, Emily Barclay...




En 1970, le succès de Airport lance un nouveau genre : le film catastrophe. Pendant une bonne décennie, ce genre connaît une forte popularité avant de s’éteindre à petit feu. Contre toute attente, ce genre revient au goût du jour dans le sillage de Twister (Bill Paxton et Helen Hunt campent un couple qui se rabiboche tout en coursant de puissantes tornades) et de Independence Day (une énième invasion extraterrestre qui reprend tous les codes chers au film catastrophe). Depuis lors, éruptions volcaniques, astéroïdes menaçant la Terre, incendies de forêts et autres inondations font florès sur les grands et les petits écrans. Aujourd’hui, si le flot s’est quelque peu tari, il n’est pas rare d’en voir encore quelques représentants sortir sur les écrans comme Le Jour d’après en 2004 ou Poséidon, le remake de L’Aventure du Poséidon, en 2006. Mais c’est le petit écran qui se repaît du genre avec le plus de délectation bien que, format oblige, les budgets sont en général trop légers pour rendre compte au mieux des diverses catastrophes. A ce titre, Fusion est un digne représentant de ces téléfilms fauchés qui dépeignent des catastrophes naturelles en mode mineur.

En vacances en Nouvelle-Zélande, Janet Fraser souhaite profiter pleinement de son nouveau mari qu’elle a épousé un an plus tôt. Malheureusement pour elle, Kevin est là pour affaires. De plus, il s’échine davantage à tenter de se faire apprécier de Mélanie, la fille de Janet, que de répondre aux envies romantiques de sa dulcinée. Alors qu’ils s’installent tous trois dans un refuge situé sur le flanc du Mont Extrême, un volcan toujours en activité mais étroitement surveillé, celui-ci montre des signes d’une éruption sans précédent. Ancienne volcanologue, Janet saisit tout de suite le danger. Cependant, elle a bien du mal à se faire entendre et, lorsque le volcan explose, sa fille et son mari se trouvent justement en pleine excursion aux abords du cratère.

Genre ultra codifié, le film catastrophe débute généralement par la présentation des divers protagonistes, celle-ci mise en parallèle avec les signes avants coureurs de la catastrophe ou du drame à venir. Film choral par excellence, le film catastrophe calque par la suite ses ressorts dramatiques sur le devenir des personnages dont certains sont appelés à devenir qui des héros, qui des salauds et qui des cadavres. Dale G.Bradley n’a pas cette ambition. En tout et pour tout, il choisit de ne se concentrer que sur sept personnages dont trois seulement sont réellement mis en danger par l’éruption du Mont Extrême. Cela en dit long sur le spectaculaire de l’entreprise. Pour ainsi dire, l’éruption volcanique n’est qu’accessoire et nous n’en verrons que bien peu de chose, le réalisateur se refusant à un désastre à grande échelle. Fumées éparses jaillissant de la montagne, pluie de cendre, jets de pierres et autres timides séismes constituent l’essentiel d’un programme guère pourvu en réjouissances. Plutôt que de mettre à mal une population entière -la ville la plus proche n’est jamais véritablement menacée et ses habitants peuvent alors en toute quiétude s’extasier devant le spectacle d’un volcan en éruption-, Dale G.Bradley choisit de se concentrer sur la seule famille Fraser dont chacun des membres a une bonne raison d’agir comme il le fait.
Kevin, le beau-père, brave tous les dangers pour sauver Mélanie et, partant, lui prouver quel père aimant il pourrait être. Il est d’autant plus courageux qu’asmathique, donc peu enclin à supporter les atmosphères particulièrement suffocantes et riches en émanations toxiques. Mais il n’en a cure ! Prenant son courage à deux mains, ce qui lui fait perdre son inhalateur au passage, il tient bon et peut s’adonner à un sauvetage aussi périlleux qu’improbable sur la personne de sa fille et de Jason, le guide qui l’accompagne. Un sauvetage tellement improbable que le réalisateur préfère ne pas nous le montrer, procédant à une savante ellipse. Rusé, le gars ! Mélanie souffre quant à elle de l’absence d’un père après avoir perdu le sien alors qu’elle n’était qu’un bébé. Elle ne témoigne aucune animosité envers Kevin, juste une certaine défiance qui n’est d’ailleurs pas tant dirigée à son encontre que contre elle. En fait, elle craint que son beau-père ne l’aime pas assez. L’épisode volcanique vient à point nommé la rassurer sur ce point. La nature est bien faite, quand même. Et puis il y a Janet, une ancienne volcanologue qui vit avec le douloureux souvenir d’un séjour aux Philippines qui a coûté la vie à son premier mari et père de Mélanie. Alors qu’elle était partie seule en expédition, le réveil d’un volcan philippin fut fatal à son mari et à toute l’équipe qui les accompagnait. Depuis ce triste événement, elle nourrit une profonde culpabilité qui l’a amenée à quitter son travail. Cette éruption inopinée qui s’annonce sur son lieu de villégiature sonne comme le moyen de se racheter. Personne n’a voulu écouter ses avertissements ? Peu lui importe, elle restera jusqu’au bout pour apporter le soutien logistique nécessaire à Kevin et à Mélanie pour revenir sains et saufs. En gros, elle se contente de lui parler par talkie-walkie interposé et de localiser l’emplacement de la cheminée. Un rôle pas très mouvementé pour l’ex-Wonder Woman Lynda Carter qui, malgré tout, joue les têtes d’affiche avec conviction, faisant parfois plus de bruit que le volcan lui-même. Autour d’eux gravitent Jason, le jeune guide dont s’amourache Mélanie et dont la fonction principale consiste à rappeler à la jeune fille la chance qu’elle a d’avoir Kevin, un homme prêt à risquer sa vie pour la retrouver ; Patrick et Rangi, les deux compères qui se chamaillent tout le temps et dont la présence doit apporter un contrepoint humoristique à un suspense sans doute jugé trop insoutenable ; et Moana, une maorie qui partage avec Janet la douleur d’avoir perdu des êtres chers lors d’une éruption volcanique. Personnage voulu énigmatique voire fantastique et qui synthétise toutes les traditions ancestrales maories, Moana incarne la voix de la nature mettant en garde ces occidentaux qui foulent le sol néo-zélandais avec tout l’irrespect qui les caractérise. En somme, elle met les points sur les « i » à ceux qui n’auraient pas compris la nature de la colère du Mont Extrême.



Alors qu’on pouvait espérer un film un minimum spectaculaire avec quelques scènes à sensations fortes, on se retrouve avec une sorte de drame familial d’une platitude affligeante et aux rebondissements plus qu’éculés qui ne prêtent jamais à conséquence (la perte de l’inhalateur ne gênera pas Kevin, tout comme la cheville foulée ne ralentira guère Mélanie). Et le pire réside dans cette fin bon enfant qui voit tous les protagonistes tirer profit de cette situation annoncée comme désespérée (pour Janet, la ville la plus proche risquait d’être touchée et c’est pourtant là qu’ils trouveront tous refuge, sans plus se soucier d’une éruption toujours pas effective à l’heure du générique de fin) et qui en réalité ne fait que quelques dégâts matériels (le refuge est détruit) et deux-trois blessés légers. Fichtre, tout ça pour ça ! Et dire que je me moquais de Wonder Woman alors qu’il y avait plus d’action et d’émoi mêlés dans une seule transformation de l’héroïne que dans l’intégralité de ce mauvais téléfilm qui ne méritait vraiment pas une édition en dvd.

Bénédict Arellano

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.