critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Frogs. 1972.
Origine : Etats-Unis
Genre : Slasher animalier
Réalisation : George McCowan
Avec : Ray Milland, Sam Elliott, Joan Van Ark, Adam Roarke...




Un viel industriel riche se prépare à fêter en même temps son anniversaire et la fête nationale sur son île isolée au milieu d'une zone marécageuse. Sa famille est présente, de même qu'un reporter biologiste, qui se retrouve là un peu par hasard. Il constatera que l'île est envahie de grenouilles et autres bestioles peu ragoutantes que l'on trouve dans les marais. Ttoutes ces bestioles vont se faire de plus en plus envahissantes, et iront même jusqu'à s'attaquer aux humains !



Voilà donc la trame de ce film écologiste au message on ne peut plus simple : polluer, c'est mal, faites bien attention car la nature pourrait très bien se venger. Mais pourtant, malgré son titre et son affiche, le film de George McCowan (un vieux briscard au long passif télévisuel) ne verse pas dans l'humour. Ou tout du moins pas dans l'humour parodique qu'on aurait pu en attendre. Car si humour il y a, c'est justement dans le sérieux du traitement reservé au film. Le rythme est très lent, l'ambiance est plombée d'une part par le grand-père pincé et à cheval sur les principes (le vénérable Ray Milland) et par une atmosphère lourde et poisseuse dûe aux marécages et aux brumes épaisses qui caractèrisent cette île. Pas ou peu de musique pour insister sur l'aspect putride de tout ça. Juste les grenouilles. Qui coassent. Pendant tout le film. Ca coasse. C'est incroyable. D'autant plus que McGowan n'a pas lésiné sur les gros plans de batraciens (des stock-shots) : il y a en partout et tout le temps. Mais les grenouilles n'interviennent pas beaucoup elles-même, si ce n'est pour investir des lieux où on ne les attend pas (comme un gâteau d'anniversaire, squatté aussitôt que les humains s'en soient eloignés), jusqu'à un final en un sens apocalyptique. Le sale boulot est laissé aux autres animaux, jugés plus capables de tuer que les grenouilles, qui coassent et c'est déjà assez (tandis qu'un corbeau, par exemple, croasserait). Ceci dit, nos personnages humains, assez bêtas et un poil caricaturaux, faciliteront aussi beaucoup la tâche de la faune en colère, en se promenant tout seuls dans l'île. Les meurtres sont relativement nombreux et plutôt cruels. Les araignées, les serpents, les crocodiles, les lézards, et même une tortue auront ainsi tous droit à leur victime. Mais attention, une seule par espèce, alors autant soigner son boulot. Les araignées et les serpents, animaux classiques rompus aux joutes cinématographiques, s'en tireront très bien en imposant un véritable calvaire à leurs victimes respectives. Les crocodiles feront dans le classique. Les lézards décevront en ayant recours à un élément du décor (décors en général très putrides, il est vrai). Quand à la tortue, on lui demandera plus d'efforts la prochaine fois, parce que là, ça ne va pas du tout. Et nos humains, demanderez-vous ? Et bien c'est un peu à la façon Mario Bava, style Baie Sanglante ou autre Ile de l'Epouvante. Ils meurent un par un, et il convient de savoir qui survivra. Pas difficile.

Mine de rien, Frogs arrive sans problème à créer une atmosphère plutôt originale, calme et en adéquation avec la pourriture des marais. McCowan ne verse pas dans le grand-guignol, mais le film s'orne quand même d'un humour très subtil, aussi pincé que le personnage de Ray Milland, et se révèle assez complaisant dans ses partis pris (ais-je mentionné les coassements intempestifs ?) et dans sa violence. C'est assez fascinant, et c'est agréable à regarder.



Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.