critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Something wild. 1986.
Origine : Etats-Unis
Genre : Cavale policière
Réalisation : Jonathan Demme
Avec : Mélanie Griffith, Jeff Daniels, Ray Liotta, George "Red" Schwartz...


Charlie Riggs (Jeff Daniels) est un type bon chic bon genre qui se complaît dans le conformisme. Un travail où il excelle et une vie de famille pépére semblent grandement le satisfaire. Tout au plus s'accorde t-il un petit écart de temps en temps en quittant un restaurant sans payer la note, histoire de pimenter son quotidien.
Un quotidien qui va fortement s'épicer avec l'apparition de Lulu (Mélanie Griffiths). Cette belle brune aux faux airs de Louise Brooks l'accoste dans la rue, lui propose de le raccompagner à son travail, pour finalement l'emmener dans un motel. Là, elle le menotte aux montants du lit et lui fait l'amour. On comprend qu'après ça, Charlie n'ait plus vraiment envie de la quitter. Il nage en plein conte de fées jusqu'à l'irruption du grand méchant loup, Ray Sinclair (Ray Liotta).

Jonathan Demme, poulain de l'écurie Corman, nous offre une petite virée au royaume des faux semblants, aucun des deux personnages principaux n'étant honnête l'un envers l'autre.
Sous une apparence un peu guindée, Charlie cache un "petit quelque chose de sauvage" que sa rencontre avec Lulu va révéler, faisant office d'étincelle. A son contact, il parvient à s'émanciper et s'amuser comme un petit fou, retrouvant l'insouciance de son adolescence. Au fil des événements, il va gagner en assurance et n'hésitera pas à s'opposer à Ray qui tente de lui ravir Lulu.
Cette dernière va elle aussi montrer son vrai visage à Charlie et lui apparaître beaucoup plus fragile que ce qu'elle laissait entrevoir. Les rôles vont ainsi s'inverser au cours du récit.

Comme pour son film suivant, Veuve mais pas trop, Jonathan Demme nous conte la naissance d'une passion basée sur le mensonge et les non-dits. Ici, les deux personnages principaux ont en commun ce sentiment d'avoir raté quelque chose dans leur vie. Leur rencontre va être l'occasion de corriger le tir.
Grand amateur de musique, Jonathan Demme en parsème tout son film et s'offre même les services "live" d'un groupe New-Yorkais de l'époque, The Feelies.

Dangereuse sous tous rapports s'apparente à une balade musicale au rythme irrégulier, mais qui reste toujours agréable, grâce, notamment, à un trio d'acteurs formidables.

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.