critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Il cinico, l'infame, il violento. 1977.
Origine : Italie
Genre : Polar
Réalisation : Umberto Lenzi
Avec : Maurizio Merli, Tomas Milian, John Saxon, Gabriella Lepori...


A peine évadé de prison, Luigi Maietto dit Le Chinois (Tomas Milian) ordonne à ses hommes le meurtre de l'ex-commissaire Tanzi (Maurizio Merli) dont le témoignage au tribunal lui a valu son séjour à l'ombre. La tâche est mal accomplie, et Tanzi est laissé à tort pour mort, alors qu'il n'est que légèrement blessé. En plus de l'annonce publique de son soit-disant décès, son ancien patron lui conseille de partir pour la Suisse, où il sera définitivement en sécurité. D'accord, dit Tanzi, qui s'empresse de partir pour Rome où le Chinois vient de s'associer avec Frank Di Maggio, leader de la pègre locale. Et voilà donc l'ex commissaire en train de remonter la piste vers ses ennemis, puis de monter un stratagème qui transformera la méfiance réciproque du Chinois et de Di Maggio en animosité pure et simple. Mais ça ne sera pas simple, puisque le Chinois se rendra compte que Tanzi n'est pas mort.



Un titre bassement leonien tel que Le Cynique, l'infâme, le violent. Une tête d'affiche partagée par le caractériel Maurizio Merli et le fantasque Tomas Milian, dont les relations étaient tendues autant derrière que devant la caméra (ils ne se sont même jamais vus au cours du tournage). Le retour du personnage de Tanzi pour ce qui se veut une séquelle de l'impayable Brigade spéciale. Umberto Lenzi a la réalisation. Tout était réuni pour que ce polar soit encore un chef d’œuvre d'ultra-violence gratuite et terriblement méchante. A cette attente, seul Maurizio Merli répond présent. Toujours aussi expéditif, le blond moustachu aux allures de bon père de famille continue sa croisade contre le crime à coups de poings, de tatanes, de barres de fer, d'armes à feu et d'un peu tout ce qui lui passe sous la main, comme par exemple ce poêle sur lequel il pose la tête d'un malfrat. Sous le coup de la colère, il peut même se montrer brutal verbalement ou physiquement envers les civils qui viennent à croiser sa route au mauvais moment. C'est principalement ainsi qu'il remonte la piste vers le Chinois et vers Di Maggio, toujours sous le regard perplexe de son ex chef dont la mollesse des remontrances traduisent à la fois l'incapacité de la police traditionnelle à agir et son intimidation face à son ex agent qui s'était provisoirement reconverti écrivain, non sans garder son caractère ombrageux (faut voir comment il répond aux remarques de son éditeur !). On ne pourra définitivement plus changer notre bon Tanzi, et c'est tant mieux. Par contre, on peut modifier la teneur de sa mission du moment, ainsi que la personnalité de ses ennemis. Ce que fait Lenzi, sur un scénario d'Ernesto Gastaldi, déjà l'auteur pour Lenzi du scénario de La Rançon de la peur, polar nettement plus sombre que la moyenne des polizieschi. Le Cynique, l'infâme, le violent n'a pas du tout cette noirceur, mais il se montre en revanche plus retord que son prédécesseur, Brigade spéciale. Le scénario est plus complexe, plus fourni, mais pas forcément de la bonne manière : ainsi, pour mener à bien son aventure, Tanzi doit également savoir réfléchir en plus de savoir faire parler ses interlocuteurs. Il monte une machination qui n'est guère convaincante, impliquant des témoins clefs qui pourront éventuellement l'aider. Le recours aux heureux hasards et surtout l'abus d'intermédiaires entre Tanzi et les deux pourris vient décrédibiliser cette intrigue policière victime de ses trop ambitieuses intentions. Cela finit par devenir brouillon, et laisse parfois la porte ouverte à quelques excentricités à l'américaine. C'est ainsi que nous découvrons Maurizio Merli pourvu de grosses lunettes à infrarouges pour contourner l'alarme ultra-sophistiquée de la demeure de Di Maggio. Ou comment le moustachu irascible se croit dans Mission Impossible. Lenzi essaie bien de faire passer un certain humour dans cette scène, à travers l'allié de Tanzi, un professeur déchu au look improbable, mais l'incongruité de ce personnage sorti de nul part ne dissimule en rien ce qu'il faut bien qualifier d’esbroufe. Le Cynique, l'infâme, le violent souffre en fait d'une tare relativement mineure, mais qui se fait cruellement ressentir : tout en voulant garder l'irrévérence jubilatoire du cinéma de Lenzi, il essaie de construire une intrigue solide. N'allons pas jusqu'à dire qu'il se prend au sérieux, mais ce côté un peu moins bête et méchant, très vraisemblablement dû à Gastaldi, mais aussi peut-être à un certain abus de confiance de la part de Lenzi, suffit à enrayer une machine bien huilée. Inchangé, le jeu de Merli s'en trouve affecté, ses limites s'affichant davantage alors que l'humour est revu à la baisse.



En revanche, un John Saxon toujours très classieux et un Tomas Milian réfréné dans ses ardeurs (avec bien du mal selon Gastaldi) s'en sortent vraiment bien. Alors qu'il s'enfonçait petit à petit dans un même genre de rôles Milian rappelle qu'il dispose d'un répertoire diversifié. Il n'est plus Monnezza ni le bossu (qu'il incarnait dans Brigade spéciale) : il est le Chinois. Un être malfaisant, hypocrite, cynique, calculateur, mais qui ne dispose pas de la même gouaille. Ce n'est plus le prolo anarcho-criminel, mais bien un parrain en devenir. Bien peigné, bien habillé, Tomas Milian change de registre. Quant à John Saxon, il incarne un parrain déjà bien établi, régnant par une forme de terreur distinguée, exécutant ses ennemis de façon à faire comprendre à ses amis qu'il ne fait pas bon jouer au plus malin avec Di Maggio. La scène de golf, dans laquelle il utilise un pauvre bougre comme cible avant de lui envoyer ses deux molosses, est un moment de pur sadisme qui dépasse les exactions justiciaires d'un Tanzi marchant davantage à l'instinct (face au Chinois et à Di Maggio, on peut même dire que l'ex flic est le plus primitif des trois). Il n'y à donc rien à reprocher à Milian et à Saxon, pas plus qu'à leurs personnages. Par contre, leur statut de chefs de bandes d'un grand standing ne les immerge que trop rarement au cœur de l'action. Ce sont avant tout des têtes pensantes, il ne faut donc pas compter sur eux pour remettre Tanzi à sa place. Cette charge est dévolue aux seconds couteaux grossièrement dépourvus de personnalités, menés par un benêt incarné par le féroce Claudio Undari. L'affrontement à trois tant attendu et duquel on espérait des étincelles n'intervient que dans un final trop vite expédié. A la rigueur, le film n'aurait fait qu'opposer les deux caïds de la pègre dans un jeu de dupes qu'il ne s'en serait pas plus mal sorti. Après tout, il n'y avait guère besoin d'un trublion pour que le Chinois et Di Maggio se suspectent. Mais d'un autre côté, sans Tanzi, il n'y aurait pas eu le même déferlement de violence. Le Cynique, l'infâme, le violent est donc un film assez bancal, dans lequel la composante Gastaldi et la composante Lenzi s'affrontent plus qu'elles ne se marient. On en retiendra donc essentiellement quelques scènes marquantes, des acteurs plus qu'honorables (même Merli, sauf qu'il n'est pas dans un film adapté à son jeu) et une musique de Franco Micalizzi bien dans la tradition du polar italien. Quant à la perspective de voir un polar de Lenzi tout aussi violent, encore plus fou, et réussissant à combiner ces qualités avec un traitement plus évolué du film policier, il suffira de regarder Échec au gang, film suivant dans la carrière de Lenzi, co-scénarisé par lui-même et par un Tomas Milian débridé.



Loïc Blavier

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.