critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Crimes of the future. 1970.
Origine : Canada
Genre : Anticipation
Réalisation : David Cronenberg
Avec : Ronald Mlozik, John Lidolt, Paul Mulholland, Jack Messinger...




N’ayant toujours pas à souffrir d’une quelconque contrainte de rentabilité, David Cronenberg poursuit dans le domaine du cinéma expérimental. Crimes of the future dispose des mêmes particularités que Stereo, à savoir l’absence de dialogues au profit d’une voix off, pas de musique et une dramaturgie réduite à sa plus simple expression. Néanmoins, quelques changements sont perceptibles d’un film à l’autre -le plus évident étant ici l’usage de la couleur-, démontrant une volonté du jeune cinéaste de s’inscrire davantage dans la fiction.

Dans un futur incertain, des millions de femmes décèdent des suites d’une maladie inconnue. Un obscur dermatologue, Antoine Rouge, parvient à identifier ce mal étrange qui proviendrait de l’utilisation des produits cosmétiques. Baptisé désormais maladie de Rouge en hommage à son découvreur, ce mal n’en continue pas moins de décimer la gent féminine sans que quiconque ne trouve une solution pour l’enrayer. Alors que Antoine Rouge disparaît du jour au lendemain sans laisser de traces, le mal semble aussi s’attaquer à la gent masculine, cette dernière développant de surcroît de mystérieux organes.



Comme c’était déjà le cas pour Stereo, David Cronenberg ne laisse le soin à personne d’occuper l’un ou l’autre des postes clés sur Crimes of the future. Une façon d’en assurer pleinement la paternité et d’assumer ses choix jusqu’au bout. S’appuyant sur un nombre plus conséquent de comédiens -au sein desquels nous retrouvons quelques acteurs de son premier film- David Cronenberg n’en filme jamais plus de quatre dans la même scène, ce qui accentue l’aspect dépeuplé du monde qu’il nous dépeint. Premier changement notable par rapport à Stereo, David Cronenberg introduit un contexte à ce qu’il filme, en l’occurrence une Humanité en sursis faute de femmes pour pouvoir enfanter. Ainsi, même si cela n’est pas toujours très clair, nous assistons aux vaines tentatives des survivants pour trouver un moyen de contrer la maladie de Rouge, voire de passer outre la disparition des femmes pour préserver malgré tout l’espèce humaine. Pour cela, il s’appuie sur un personnage principal -Adrian Tripod, ami de Antoine Rouge et directeur de La Maison de la peau- pour nous dépeindre l’univers dans lequel il nous entraîne. C’est de lui qu’émane l’unique point de vue du film via cette voix-off qui nous accompagne jusqu’au terme de l’histoire. Personnage énigmatique qui en fournit un autre tout aussi énigmatique en dessous féminins, Adrian Tripod apparaît comme un homme important de ce futur incertain en étant à la fois un interlocuteur privilégié des nouveaux gourous qui fleurissent un peu partout, et le chargé de recherches sur les êtres de sexe féminin qui ont survécu, au profit du semblant d’autorité encore en place. Mais si la maladie évoquée a des conséquences mondiales, David Cronenberg restreint son champ d’action à une zone unique composée d’imposants immeubles de béton et de verre sans qu’il ne soit fait mention d’une quelconque situation géographique. Les lieux de l’action se situent à la fois partout et nulle part et sont traversés d’individus s’exprimant en d’étranges dialectes et dont les corps présentent de curieuses particularités, comme ces pieds palmés ou cette espèce de racine qui pousse à l’intérieur de la narine de l’un d’entre eux. David Cronenberg évoque également cet homme qui développe toute une série d’organes bizarres à la fonctionnalité nulle mais qui repoussent à chaque fois qu’on les coupe. Plutôt qu’aux cosmétiques -ce qui tendrait à critiquer une société toujours soucieuse de masquer ses imperfections par des artifices-, l’apparition de ces malformations sur les corps amène à penser que la maladie de Rouge pourrait être liée à des radiations radioactives. D’ailleurs, certains des bruitages que le cinéaste adjoint à la bande-son évoquent les sonorités d’un compteur Geiger. Quoiqu’il en soit l’Homme est, dans un cas comme dans l’autre, le seul responsable de la situation désespérée dans laquelle il se trouve. Loin d’apporter une réponse au problème de ses personnages ou de leur laisser entrevoir une porte de sortie, David Cronenberg clôt son film sur une impasse. Il n’y a plus d’espoir possible, la planète est devenue trop viciée pour que l’Homme puisse encore espérer lui survivre, récoltant là ce qu’il a semé. On retrouve là l’œil froid et clinique d’un cinéaste qui n’aime pas placer le spectateur dans le confort d’une fin heureuse, préférant aller au bout de sa logique destructrice comme il le fera à nouveau pour Frissons, à mon sens le vrai point de départ de sa carrière.



A l’époque de Crimes of the future, David Cronenberg se cherche encore en tant que cinéaste, s’amusant à expérimenter en fonction de ce qui lui passe par la tête. Il a souhaité apporter une tonalité science fictionnelle à son film, usant pour cela de diverses sonorités aussi étranges que hors de propos, issus principalement de bruits émanant des fonds marins. La narration, quant à elle, est encore chaotique, se basant essentiellement sur un enchaînement de scénettes plutôt que sur une réelle continuité. Et si la vision de ce film s’avère éprouvante, elle l’est dans le mauvais sens du terme. Il y a un petit côté exaspérant à voir ces êtres s’ébattre dans tous les sens sans trop savoir pourquoi. Certes, David Cronenberg a pris soin de se situer dans un cadre précis -la description d’un monde déliquescent- mais son approche désordonnée et clinique du sujet affecte rapidement notre degré d’implication. Avec Crimes of the future, le cinéaste canadien réalise un film totalement désincarné, creux et vain, bien que celui-ci ne trahisse pas fondamentalement la cohérence d’une œuvre presque exclusivement tournée sur les dérives de la science et de leurs conséquences sur le corps et l’esprit.

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.