critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Creepshow. 1982.
Origine : Etats-Unis
Genre : Horreur
Réalisation : George A. Romero
Avec : Ed Harris, Stephen King, Adrienne Barbeau, Leslie Nielsen...



Première collaboration pour Stephen King et George Romero, après les échecs successifs de leurs efforts pour adapter Salem et Le Fléau, Creepshow se présente comme un hommage aux bandes dessinées horrifiques avec lesquelles les deux hommes ont forgé leur culture de l'horreur. Il s'agit également du premier et probablement du meilleur des nombreux films à sketchs qui s'inspireront des histoires de King. Ceci dit, il ne se base pourtant pas entièrement sur les propres écrits de l'auteur, et seules deux des cinq histoires présentées ici ("La Caisse" et "La Mort Solitaire de Jordy Terrill") auront été adaptées d'un récit littéraire. Le reste est donc original. Pourtant, tout ce qui fait le charme de ce film est bel et bien l'homogénéité du style des comics horrifiques d'antant. Des histoires macabres pleine d'humour noir et reliées entre elles par un mince fil rouge sous forme de dessin animé, bien entendu dans un style très BD, et compris entre une introduction et une conclusion nous montrant ce dont est capable un gamin (interprété par le propre fils de King) qui se voit confisqué sa BD Creepshow par ses parents.
Les cinq histoires du film sont donc tirées de cet album virtuel, qui se retrouve donc à la poubelle, et dont le vent tourne les pages pour nous livrer les histoires. Partant à chaque fois d'un plan fixe d'une des pages dessinée pour partir en fondu sur le même plan en live marquant le début des sketchs, les transitions sont plutôt bien pensées et donnent un peu d'épaisseur à ce mince fil rouge.
Mais place aux sketchs :


Le premier se nomme "La Fête des Pères" et parle d'un macchabé revenant à la vie pour goûter à son propre gâteau d'anniversaire et accessoirement se venger de sa famille haïe. Une histoire courte, sans grande suprise scénaristique, et qui vaut avant tout pour la mise en scène d'un Romero annonçant clairement la couleur de Creepshow en n'hésitant pas à construire ses plans dans des cases de bande-dessinée et en employant des couleurs rouges et bleues saturées lors des scènes horrifiques. Léger mais efficace. "La Mort Solitaire de Jordy Terrill" concerne un paysan qui a la mauvaise idée de toucher à la substance sortant de la comète s'étant écrasée dans son jardin, ce qui va le transformer lui-même ainsi que son environnement en un végétal assez peu ragoutant. Le paysan en question étant incarné par un Stephen King qui en fait des caisses pour montrer la beaufitude de son personnage, ce sketch apparaîtra comme l'un des plus sympathiques, pour lequel Romero emploie les mêmes recettes que pour "La Fête des Pères". "Un Truc pour se marrer" est par contre sensiblement différent, avec son histoire de vilain mari jaloux enterrant sa femme et son amant dans le sable de sa plage privée, espérant ainsi les noyer à marrée montante. Globalement plus propret, moins coloré, on en retiendra tout de même la présence de Leslie Nielsen et l'idée plutôt originale de l'idée de départ. "La Caisse" est le plus long des épisodes, et narre les aventures d'un homme qui cherche à se débarasser de sa femme en lui faisant rencontrer un monstre récemment découvert dans une mâle oubliée qui a croupi pendant plus d'un siècle sous la cage d'escalier d'une université. Rien de bien neuf non plus, mais là encore la mise en scène de Romero rend cet épisode plaisant et un peu plus gore que le reste. Enfin, "Ca grouille de partout", probablement le meilleur du lot, joue à fond la carte de l'ironie en enfermant un vieux fou maniaque de la proprété dans son appartement d'un blanc neige envahi d'immondes cafards. Après avoir dréssé sommairement le portrait peu sympathique de son personnage principal, Romero va faire grouiller les cafards, là aussi dans un style de mise en scène impeccable et se révélant très cruel pour le vilain vieillard capitaliste. La morale est sauve, mais comme pour tous les épisodes, elle est sauvée par l'arrivée de l'horreur.
Très ironique, d'un humoir noir délicieux, Creepshow annonce les futurs Contes de la Crypte et consacre le talent d'un Romero alors au sommet de sa carrière (entre Zombie et Le Jour des Morts-Vivants) et celui d'un Stephen King qui commençait à devenir une personnalité importante de l'horreur. Un film reconnu, à la légère touche rétro, et sans aucun doute l'un des plus remarquable des années 80.


Loïc Blavier

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.