critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Ride the High Country. 1962.
Origine : Etats-Unis
Genre : Western
Réalisation : Sam Peckinpah
Avec : Joel McCrea, Randolph Scott, Ron Starr, Mariette Hartley...




Ancien marshall, Steve Judd (Joel McCrea) gagne désormais sa vie en convoyant de l'or au profit des banques. Son nouveau contrat l'amène à retrouver Gil Westrum (Randolph Scott), un vieil ami du temps de leur splendeur et qui vivote en tenant un stand de foire. Steve fait appel aux services de Gil et de son assistant, le jeune Heck (Ron Starr), pour l'aider à ramener l'or des prospecteurs de la ville minière de Coarse Gold.
La soif de l'or touchant même les moins assoiffés, les amis d'hier peuvent très vite se révéler être les ennemis de demain.



Cinéaste talentueux et auteur d'une poignée de films intemporels (La Horde sauvage, Pat Garrett et Billy le Kid, Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia en ce qui me concerne), Sam Peckinpah connaît une carrière des plus chaotiques, parsemée de coups de gueule en tout genre et de bras de fer avec les producteurs. Il entre dans le milieu du cinéma en exerçant divers petits boulots pour Don Siegel, duquel il apprend beaucoup. En tant que réalisateur, il fourbit d'abord ses armes à la télévision via, notamment, deux séries traitant du Far West de façon plus réaliste qu'à l'accoutumée: L'Homme au fusil et The Westerner. C'est donc tout naturellement par le western que s'effectue son passage au grand écran. Il s'agit d'un genre qu'il connaît bien et qu'il affectionne tout particulièrement. Coups de feu dans la Sierra est son second film et, si sur le plan de la mise en scène, son style ne s'affirme pas encore complètement, on reconnaît néanmoins sa "patte" à travers les thèmes abordés.
Sam Peckinpah n'a que faire des héros au grand cœur à qui tout réussi. Il s'intéresse davantage au temps qui passe et à l'utilisation des figures chères au western à des fins anachroniques. Ses personnages sont le plus souvent vieillissants et les garants d'un code de l'honneur suranné quoique respectable. Steve Judd est de ceux là. Il préfère mourir sans le sou mais avec sa fierté intacte plutôt que vivre les poches pleines d'argent sale. C'est un homme droit auquel on peut faire toute confiance et qui place l'amitié au-dessus de tout. C'est qu'en ces temps reculés où l'espérance de vie n'est pas très élevée pour quiconque vit de son arme, retrouver un vieil ami relève de l'exceptionnel. A ce titre, la première partie du film revêt les aspects d'une réunion d'anciens combattants, Steve et Gil devisant gaiement en se remémorant le bon vieux temps. Tant que Peckinpah se concentre sur les deux amis, Coups de feu dans la Sierra est un western attachant et non dénué d'humour. Sauf que, du fait de contraintes commerciales ou autres, il s'attarde sur Heck, le jeune compagnon de Gil et sur son idylle naissante avec Elsa, jeune femme se rendant à la ville minière pour se marier. Dès lors, le film se disperse en nous présentant la fratrie du futur mari, le mariage à proprement dit et la prise de conscience de Elsa face à son erreur. Steve et Gil passent alors au second plan, laissant le falot Heck se racheter une conduite et devenir adulte. Toutefois, cette partie permet à Sam Peckinpah d'introduire quelques uns de ses acteurs récurrents tel L.Q.Jones, R.G.Armstrong et Warren Oates, tout trois membres de sa famille cinématographique. Elsa et Heck étant bien décidés à partir ensemble, les anciens finiront par reprendre leurs droits et s'offrir un ultime baroud d'honneur pour contrecarrer la vengeance des frères Hammond.
Sam Peckinpah nous donne une vision désenchantée de l'Ouest américain. Ses personnages constituent les symboles d'un âge d'or aujourd'hui révolu et auquel ils restent très attachés. Steve et Gil sont finalement deux coquets amenés à tricher sur leur âge. Steve en demandant à s'isoler pour lire son contrat à l'aide de lorgnons, Gil en portant des postiches pour incarner son cowboy de foire au curriculum impressionnant. Ils sont tout deux de la même étoffe, seule leur adaptation à la nouvelle époque à laquelle ils sont confrontés diffère. Sam Peckinpah prend un malin plaisir à confronter ses personnages à leur double, le plus souvent un grand ami à eux. Steve et Gil ont un lourd bagage commun, du genre qui ne peut pas s'oublier d'un simple claquement de doigts. Steve a, dès le départ, vu clair dans le jeu de Gil. Il a feint l'ignorance en espérant que son ami ne succomberait pas à l'appât du gain. Peine perdue.



Avant d'être un western, Coups de feu dans la Sierra est un film sur l'amitié et la valeur de celle-ci. Peckinpah nous décrit des personnages qui se débattent avec eux-mêmes, avec leurs propres valeurs au sein d'un monde en pleine évolution qui remet en cause lesdites valeurs. Certains maintiennent leur ligne de conduite, d'autres changent de voie, quitte à trahir une longue amitié. Pour Peckinpah, l'ennemi se cache le plus souvent parmi nos proches. Il est d'autant plus à craindre qu'il nous connaît autant qu'on le connaît et qu'il devient donc extrêmement difficile de s'en débarrasser. L'ennemi est en nous, en quelque sorte. Un peu à l'image de Sam Peckinpah qui devait se débattre avec ses propres démons intérieurs et les désidératas des studios, ses personnages doivent se trouver une place dans une société en plein changement, pour le meilleur ou pour le pire.

Bénédict Arellano

Voir thème :

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.