critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Amer. 2009.
Origine : Belgique / France
Genre : Thriller dramatique expérimental et jaune
Réalisation : Hélène Cattet & Bruno Forzani
Avec : Marie Bos, Delphine Brual, Harry Cleven, Bianca Maria D'Amato...


Amer est un bien étrange film, à propos duquel la critique spécialisée ne tarit pas d'éloges, et qui se traine une réputation de « renouveau du giallo ». Pour ceux qui l'ignorent encore, le giallo est un sous-genre du roman -puis du film policier- italiens, nommé ainsi en raison de la couverture jaune (en italien « giallo » signifie « jaune ») de ces romans. Le genre s'est surtout déployé au cinéma, notamment au travers des films de réalisateurs illustres tels que Mario Bava et Dario Argento, qui ont contribué à poser les codes du style. Ce genre se caractérise toujours en premier lieu par une intrigue policière alambiquée mettant en scène des meurtres à l'arme blanche. Ces assassinats concernent presque toujours des femmes et sont commis généralement par des psychopathes fascinants dont l'identité demeure un mystère. Bien souvent les films sont graphiquement très violents et n'hésitent pas à incorporer des éléments érotiques (qui vont de pair avec les déviances du meurtrier). Visuellement ensuite, le giallo se caractérise par une mise en scène qui cache l'identité du tueur en ne montrant jamais son visage. Tout ce que l'on voit sont des gants noirs brandissant une arme. Ces gants deviennent dès lors l'apanage de ce tueur, au même titre que le masque est celui du tueur de slashers (le pendant anglo-saxon de ce genre).
Enfin, Bava et Argento y ont injecté une mise en scène soignée, faite d'éclairages très étudiés et de couleurs vives, qui font parfois flirter le genre avec le fantastique. Toutefois cet aspect visuel ne constitue pas en soi une caractéristique propre au giallo, puisque des gens comme Lamberto Bava (fils du précédent) ont réalisé des gialli à la mise en scène totalement sobre (voire mauvaise, mais ceci est un autre débat) tandis que le style maniéré et flamboyant d'Argento se retrouve dans ses films fantastiques qui n'ont plus rien de gialli.
Voilà, j'arrête là ce récapitulatif sur le giallo, nécessaire à l'analyse de Amer, ceux qui veulent en savoir plus peuvent toujours consulter notre page thématique sur ce genre particulier. Parlons à présent du film.
Amer suit les pas de la jeune Ana à trois époques de sa vie. La première partie du film nous conte un épisode de l'enfance d'Ana. Elle se déroule le jour de la mort de son grand père, et s'attache à montrer la découverte brutale du sexe par la jeune fille, qui surprend ses parents en plein coït. La deuxième partie décrit l'adolescence tourmentée de la jeune femme, et sa découverte de son corps. Enfin, la dernière partie nous montre Ana adulte, de retour dans la maison de son enfance pour y affronter ses démons et névroses...



Vous l'aurez compris à la lecture de ce synopsis, Amer n'a rien d'un giallo. Il ne s'agit absolument pas d'une enquête policière, et d'ailleurs le film ne traite que très peu de meurtres (alors qu'il s'agit quand même du sujet principal de tout giallo). Ce n'est pas non plus ce que certains n'hésitent pas à appeler un « néo-giallo », pour les mêmes raisons. Pas de meurtres, pas d'enquête, pas d'histoire policière.
Pourtant, Amer se veut très clairement un hommage à ce genre. Mais il s'agit d'un hommage rendu au style particulier de ce genre de films, et si la structure narrative policière est laissée de coté, la plupart des codes graphiques sont très largement repris : gants noirs, éclairages évoquant Mario Bava, scènes aux couleurs psychédéliques dans la droite ligne de Suspiria de Argento, gros plans sur les yeux à la manière de Lucio Fulci, etc.
Du coté de la bande son, on retrouve toute une palette d'hommages au genre également. Les bruitages en premier lieu, murmures et chuintements semblent tout droits sortis de films italiens des années 70. Mais également et surtout au niveau de la musique, puisque les deux auteurs du film n'hésitent pas à réutiliser des bandes originales de gialli. L'on retrouve ainsi un morceau composé par Ennio Morricone pour La Tarentule au ventre noir de Paolo Cavara, mais également un titre de Bruno Nicolai entendu dans La Queue du Scorpion de Sergio Martino et de nombreux morceaux de Stelvio Cipriani réalisés pour les gialli La Lame Infernale, La Police a les mains liées, Le Grand kidnapping et d'autres encore...
Voilà pour les références visuelles et auditives.
Du coté de l'intrigue par contre, on assiste presque à l'inverse, voir à une sorte de « giallo inversé » ou tout du moins à ce qui pourrait être la préquelle d'un film du genre. En effet là où le giallo commence par des meurtres et se termine par la découverte sans ambiguïté du tueur et des raisons qui le motivent (souvent liées à un traumatisme dans l'enfance), Amer fait l'opposé, et commence par nous montrer ledit traumatisme de l'enfance, pour se finir de manière meurtrière et totalement ambiguë. Dès lors, le déroulement de l'intrigue du film se fait de manière très balisé, voir même sans surprise aucune pour ceux qui ont lu des articles ou même un simple synopsis avant de voir le film. Et pour de nombreux spectateurs, Amer prendra alors la forme d'une expérience bien longue, voire carrément ennuyante. Ceci pouvant être accentué par la quasi absence de dialogues du film.

C'est, à mon avis tout du moins, une grave erreur de se focaliser à ce point sur cet intrigue, puisque tout l'intérêt du métrage de Hélène Cattet et Bruno Forzani se situe bien ailleurs que dans son scénario ou dans les enjeux qu'il traite. En effet, pour peu que l'on y soit sensible, le film offre une mise en scène absolument remarquable et parmi les plus intenses qu'il m'ait été donné de voir. Ce qui fait de Amer une œuvre éminemment cinématographique, et permet de nous rappeler que c'est bel et bien le talent injecté dans la mise en scène qui fait l'intérêt d'un film, et non pas la densité de son scénario. Et en matière de mise en scène, Amer est un festival de gourmandises absolument délicieuses. Le film se passe sans peine de dialogues et parvient à rester terriblement signifiant grâce à un montage très soigné, composé majoritairement de plans courts, qui donnent un dynamisme fabuleux au film. La psychologie de Ana, mais également de tous les personnages secondaires, est magnifiquement rendue au moyen de gros plans extrêmement significatifs sur les visages, les regards et les corps. Et le spectateur parvient à déceler sans peine la nature des interactions entre les personnages sans qu'il soit besoin de l'exprimer par la parole. Des choses aussi ambiguës à décrire au cinéma que les pensées et les émotions, sont ici parfaitement rendues par l'enchaînement des plans et par le talent des acteurs (et tout particulièrement le trio d'actrices qui jouent Ana). Et cela fait un bien fou de voir un film parvenir à exprimer cela sans le procédé maladroit de la voix off.
La narration de l'intrigue est également entièrement portée par cette mise en scène. Le montage permet de donner à chaque scène la cadence souhaitée. Et c'est uniquement au moyen des images que le récit semble avancer. Bref, tout est totalement et entièrement visuel. Le propos et le moyen de l'exprimer sont si limpides que tout dialogue devient totalement superflu.
Les procédés de voix off et dialogue pour décrire l'action sont des procédés littéraires qui deviennent très lourds quand ils sont utilisés dans un film. Même s'ils recouvrent une facilité d'utilisation pour les metteurs en scènes (en effet, nul besoin de se casser la tête à trouver comment montrer quelque chose de manière optimale s'il suffit de le faire dire par un acteur), et de compréhension pour le public. Tandis que l'utilisation d'images est un procédé purement cinématographique, qui est plus subtil. En général, dans la plupart des films, la mise en scène sert à donner le ton à une scène dialoguée ou non, et permet d'appuyer de manière visuelle et discrète les ressentis narratifs du spectateur lors de cette scène. Dans le cas de Amer, l'absence quasi totale de dialogues oblige les réalisateurs à forcer un peu le trait et à rendre leur mise en scène beaucoup plus expressive que la normale, de manière à ce qu'elle puisse sans peine porter et la narration et toutes les émotions qui lui sont associées. Dès lors le procédé peut manquer de subtilité, mais force est d'avouer qu'il est non seulement très efficace, mais également d'une beauté à couper le souffle.
En effet, en travaillant à ce point le montage de chaque scène et le cadrage de chaque plan, Hélène Cattet et Bruno Forzani parviennent à créer une beauté assez fabuleuse qui transcende leur film et qui nous rappelle, au cas où cela était nécessaire, que le cinéma est bel et bien un art au même titre que la peinture ou la sculpture.



Signalons enfin, que quand bien même l'intrigue serait ténue, la flamboyance de la mise en scène ne se fait pas au détriment des aspects les plus scénaristiques du film. En effet, si le scénario ne propose pas de retournement de situations à tout bout de champ, il offre quand même largement de quoi réfléchir, et ce en injectant dans l'histoire un sous texte éminemment freudien qui s'accorde de manière assez admirable avec le visuel giallesque du film. Si Amer n'offre pas d'enquête policière passionnante, il propose à la place une intrigue empreinte de sexualité troublante. Et cela est non moins passionnant dans la mesure où ce sous texte passe à nouveau par les images.
Chargé de cette signification érotique, Amer conçoit le trouble profond qu'éprouve son héroïne dans une optique totalement freudienne. De manière très claire, le film pose la découverte des parents en train de faire l'amour par leur petite fille comme à l'origine du traumatisme de cette dernière. La première partie du film décrit comment, dans l'esprit de la petite fille, Eros et Thanatos sont intimement liés. La curiosité et les désirs de la petite Ana la pousseront à côtoyer de très près et quasiment simultanément le sexe et la mort (traumatisante scène où la petite fille tente de dérober la montre de son défunt grand père.)
Les choses deviennent encore plus troublantes dans la deuxième partie où, adolescente, Ana découvre et joue de son corps et de ses désirs. La mise en scène se fait encore plus charnelle et moite, notamment lors de cette troublante scène, étirée dans le temps, où Ana passe devant un groupe de jeunes motards aux yeux concupiscents.
Enfin, la dernière partie laisse éclater toute la folie de l'héroïne dans des scènes qui basculent presque dans le fantastique. Et le spectateur, forcé d'adopter le point de vue d'Ana, ne parviendra rapidement plus à démêler la réalité du fantasme.
Amer est un film particulièrement charnel, à la fois par les thèmes qu'il évoque (sexualité et mort), mais aussi dans la manière de les évoquer (directement dans les images, comme si une sorte de fusion organique s'opérait entre le scénario et sa mise en image). Il devient en ce sens un puissant vecteurs d'émotions très violentes. D'autant plus que du début à la fin, le spectateur ne verra que le point de vue de Ana. Le point de vue d'une enfant tout d'abord, pour qui une vieille femme en deuil peut vite devenir une créature toute de noir vêtue absolument terrifiante (la première partie du film est à ce titre assez effrayante et risque de mettre les nerfs de certains à rude épreuve !). Et pour finir le point de vue d'une névrosée dont les fantasmes prennent la forme de tueurs gantés de noirs et de présences mystérieuses tout autour d'elle.

En tout cas nous sommes clairement en présence d'un film en tous points réussi: de l'utilisation de la musique jusqu'à la performance des acteurs, en passant par les thèmes très forts abordés par le scénario. Enfin, la mise en scène d'une rare élégance et d'une efficacité sans faille transcende ce film. Et je pense que pour qualifier Amer, on peut parler sans craintes de véritable chef d'œuvre.



Arnaud Schilling

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.