critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Alien³. 1992.
Origine : Etats-Unis
Genre : Science-fiction
Réalisation : David Fincher
Avec : Sigourney Weaver, Charles S. Dutton, Charles Dance, Paul McGann...



Avant toute chose, précisons que cette critique porte sur la première version d'Alien 3, celle qui sortit en salles et celle qui jusqu'au coffret "Quadrilogy" de la saga Alien resta la seule version. Et en un sens, ce n'était pas plus mal... Car si il est indéniable que David Fincher a vécu l'enfer sur le tournage, à tel point qu'il refusa de superviser le montage de son film (qu'il a totalement renié), et si comme on le verra les radicales retouches apportées à son film se font cruellement sentir, il faut bien admettre que l'édition de plusieurs éditions d'un même film est une pratique pernicieuse qui peut très bien aboutir à des versions pas très justifiées, ou à d'autres qui n'ont de "director's cut" que l'argument marketing. Mais là n'est pas le sujet (un édito y sera peut-être bientôt consacré), contentons nous de dire que Alien 3 tel qu'il est sorti en salle a peut-être mutilé la vision de son réalisateur, il n'en reste pas moins que c'est la version "officielle" reflétant la construction chaotique d'un projet conçu en dépit du bon sens et au sein duquel le réalisateur novice fut victime des rapports de force internes à un studio hollywoodien.
Sa conception démarra peu de temps après Aliens, sous la houlette de l'écrivain cyperpunk William Gibson, qui imagina mettre Ripley en retrait (il faut dire que Sigourney Weaver n'était alors pas trop tentée) pour envoyer Hicks et Bishop, les deux survivants du film de Cameron, combattre les aliens et quelques "infectés" d'un virus alien entretenus par la Compagnie dans une station spatiale. Trop cher, et à force d'avoir à réécrire en fonction des envies de la production, Gibson prétexta d'autres obligations pour quitter le navire au moment où un premier réalisateur avait été choisi, à savoir Renny Harlin. Celui-ci travailla donc avec un nouveau scénariste, Eric Red (Hitcher) qui repris l'idée d'un virus alien en le teintant d'une touche de génétique, dégagea tous les personnages déjà connus et se mit à rêver d'une zone rurale artificielle qui serait attaquée par les aliens. Jamais trop en phase avec le scénariste, Harlin plia bagage après presque un an de travail préparatoire dans le vide pour réaliser 58 minutes pour vivre. Red ne tarda pas à être écarté, et la Fox, qui avait au départ décidé de tourner deux films coup sur coup, changea de plan et revint à l'optique plus raisonnable d'un seul film. Entre en scène le scénariste pas encore réalisateur David Twohy, qui reprit à peu près le sujet inventé par Gibson en lui ajoutant l'idée de situer l'action sur une planète prison servant de champ d'expérimentation à la compagnie. Vincent Ward, alors choisi pour être réalisateur, décida que ce sujet ne lui plaisait pas, et avec le scénariste John Fasano s'orienta dans une direction totalement différente. Ripley y reprenait du service et atterrissait avec Newt sur une planète monastère tout en bois, et devait évoluer au milieu de moines obscurantistes et peu accueillants. D'une grande noirceur, ce scénario ne plut pas à la Fox, et là encore, il fut impossible pour Ward et Fasano d'arriver à quelque chose qui les satisfasse eux et le studio. C'est alors que les producteurs Walter Hill et David Giler décidèrent de prendre le taureau par les cornes et de rédiger eux-mêmes un scénario avec différents éléments issus de tout ce qui leur avait déjà été proposé. A ce stade, Weaver confirma sa participation, et le jeune David Fincher quitta le monde des clips musicaux pour se lancer au cinéma. Les problèmes de scénario n'allaient pas s'arrêter là, chaque jour de tournage apportant son lot de modifications, faisant enrager Fincher avec les conséquences que l'on sait.

La capsule contenant Ripley, Newt, Hicks et ce qui reste de l'androïde Bishop s'écrase dans la mer de Fury 161, une planète prison en voie de désaffectation que la Compagnie a bien voulu laisser à deux superviseurs, qui y surveillent une vingtaine de détenus masculins convertis au fondamentalisme religieux prêché par le charismatique Dillon (Charles S. Dutton), l'un des leurs. Ripley est la seule survivante, tous les autres sont morts. Elle n'est pourtant pas venue seule, des traces d'acides à l'intérieur de la capsule trahissant la présence d'un facehugger à bord. La bête n'est pourtant pas retrouvée, et tout en enquêtant sur cette disparition, Ripley tente de cacher ses inquiétudes à Clemens (Charles Dance), le médecin de la prison, en charge de sa protection. En fait, la bête a réussi à pondre dans le gosier d'un chien, et l'alien nouvellement né ne tarde pas à faire du grabuge. Il n'y a alors plus qu'une seule solution : que tout le monde fasse front commun pour détruire la créature. Ce n'est pas gagné, surtout qu'il n'y a pas une seule arme à feu sur la planète et que la Compagnie est déjà en route pour venir chercher ce specimen d'alien qui leur a déjà échappé à deux occasions.



Tout démarre en fait comme dans Aliens : la capsule s'écrase, des figures inconnues y pénètrent et trouvent Ripley. La suite ressemble nettement moins à ce qu'avait pu faire Cameron. Avec Alien 3, nous sommes clairement dans un film consacré aux personnages, comme l'illustre assez bien la réduction de l'alien à la portion congrue, c'est à dire un seul et unique specimen qui malgré les dires de Ripley comme quoi il ne serait pas comme avant ne modifie en rien sa nature (à moins qu'elle parlait des quelques fois où il est conçu en numérique ? Ou bien salue-t-elle le retour de Giger, absent du film de Cameron ?). L'alien est toujours cette infatigable machine à tuer, mais son temps de présence à l'écran est réduit, sans pour autant que Fincher ne cherche à gagner du temps en procédant à une exposition qui avait logiquement déjà été faite, et avec brio, dans le premier film. Nous sommes en terrain connu, et entre le film d'épouvante et le film de guerre qu'étaient respectivement Alien et Aliens, ce scénario ne semble plus trop avoir grand chose à montrer. Et de fait, les quelques apparitions du monstre de Giger ressemblent beaucoup à celles que Scott avait orchestrées pour le premier film : furtives et sauvages, ce qui avait naguère valu au film d'être parfois considéré comme un slasher dans l'espace. Le réalisateur ne fait ici que rajouter sa patte personnelle, issue du clip, donc très maniérée et propice aux mouvements de caméra agités, sans pour autant verser dans la bouillie pompeuse que sera son futur Panic Room. La fin du film et la course effrénée dans les couloirs labyrinthiques est l'apothéose de ce style, hélas un peu ternie par quelques ruptures de ton dues à un suspense maintenu artificiellement ("le sas ne marche plus !, s'écrit ce prisonnier pile au moment où l'alien débarque). Bref, il n'y a pas beaucoup à dire sur le côté "action" de Alien 3 : Fincher se contente du minimum syndical en relevant la sauce par un style inspiré, agrémenté de quelques plans gores. On ne peut s'empêcher de penser que l'absence totale d'armes à feu sur la planète Fury 161 et par extension l'identité de cette planète et de ses habitants colle à cette volonté de se démarquer de son prédécesseur. Aux marines de Cameron succèdent ces prisonniers particuliers, que Fincher a la bonne idée de ne pas montrer sous un jour typique des films de prison, celui des durs à cuire en rut. Il y a bien quelques tensions sexuelles, mais elles restent ponctuelles, et principalement concentrées en début de film. C'est que Dillon est un prêcheur d'un genre particulier, qui remet ses ouailles sur le droit chemin à coup de poings dans la gueule. La venue de Ripley et de l'alien est pour lui comme pour ses hommes un test à leur foi. Et c'est là que les coupes se font principalement ressentir : Fincher n'a probablement pas créé un personnage aussi charismatique que Dillon, au discours aussi fervent, dans le simple but de cadrer et de motiver les prisonniers. On devine que la religion devait jouer un grand rôle dans leur lutte contre l'alien, que la présence conjuguée de l'alien et de Ripley aurait dû mettre en question la solidité de cette foi, confronter la croyance métaphysique en Dieu à cette figure diabolique qu'est l'alien et à cette figure tentatrice qu'est Ripley. Cela aurait dû donner au film un climat mystique qui reste désespérément à l'état d'ébauche et qui pourtant serait allé comme un gant à ce décor de prison / cloître. Mi-industriel mi-monacal, ce décor aux teintes ocres, brunes et oranges, est parfait à la fois pour l'alien (qui y trouve les couloirs et les conduits dont il a besoin) et pour les prisonniers, reclus à la fois par leur condition de prisonnier et par leur état d'esprit, sévèrement délimité par Dillon. En l'état, ce décor est certes très beau sur un plan esthétique, mais il peine à interagir sur l'intrigue comme c'était le cas dans Alien et Aliens.



Le point le plus fructueux développé par Fincher dans cette version du film est en fin de compte Ripley elle-même, et sa relation avec l'alien. A force de ne plus échapper à la créature, la vie de Ripley a fini par ne plus exister que par l'alien. Depuis le Nostromo, elle ne sort du sommeil artificiel que pour le combattre. La relation qui les unit se fait au détriment de toute autre chose, et que Hicks et Newt soient retrouvés morts ne vient que confirmer qu'il est désormais impossible pour elle de retrouver une vie normale. Cameron avait évoqué la reconstitution familiale et avait fait du combat entre Ripley et la reine des aliens le combat symbolique de deux mères. Mais cela restait à développer, Aliens étant bien trop axé "guerre" (et Cameron étant bien trop maladroit) pour développer efficacement ce thème. Avec son minimalisme, Alien 3 le reprend et le prolonge. Ainsi, Ripley commence-t-elle par se lier à Clemens, le médecin de la prison, avec lequel elle couche très tôt, mettant au passage fin à toutes les considérations sexuelles appuyées qui auraient pu plomber le film. Taulard et médecin, Clemens est comme Ripley en quête d'une reconstruction personnelle passant par la famille. Il devient alors un rival de l'alien, et avec une froideur toute à son honneur, Fincher se débarrasse de Clemens, tué par l'alien avant que les choses sérieuses ne démarrent. Ce qui est assez osé : il est rare dans un film hollywoodien que le compagnon de l'héroïne soit tué, surtout aussi tôt. Le sentiment que Ripley ne pourra alors jamais plus échapper à l'alien se fait ressentir, et le film de plonger alors dans une certaine noirceur fataliste prolongée par ce qui aurait dû être du mysticisme médiéval, évoquant une époque où les humains se voyaient eux-mêmes comme les proies des monstres et des démons divers, bref ce qu'est l'alien aujourd'hui. De plus Ripley est "enceinte" d'une reine alien, ce qui creuse un peu plus la relation quasi-charnelle qu'elle entretient bien malgré elle avec son ennemi. Cette reproduction extra-terrestre -qui n'a pas été dévoilée à l'écran- s'apparente à un viol pur et simple, et confère à l'alien le statut de "père", justifiant sa mansuétude intéressée envers Ripley, laquelle ne peut alors que s'avouer vaincue en temps que personne et abandonner tout autre espoir que celui de ne pas "accoucher" d'une pondeuse, et de ne pas être récupérée par la compagnie. Elle a beau s'être déjà débarrassée de nombreux aliens jusqu'ici, gagnant des batailles, en temps que femme et qu'être humain elle est clairement la perdante de la guerre sur la durée. Il y a quelque chose de tragique dans sa destinée, et là encore le climat mystique aurait eu une grande importance dans la retranscription de ce constat. Malgré tout, ce qui fait la substance du film est conservé. L'impact d'Alien 3 est réduit, et ça se sent. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un bon film ayant le mérite de s'affranchir de (presque) toutes les étapes imposées à ce genre de production. L'alien lui-même y gagne presque une personnalité tout en restant une des plus belles figures du fantastique, ici employée avec parcimonie, l'héroïne n'est ni une sentimentale ni une "Arnold" au féminin, son sort y est très cruel, et l'enrobage de tout ceci est des plus originaux. Alors oui, même si certaines idées ont été brimées, Alien 3 n'a pas à rougir de venir après ses deux fameux prédécesseurs.

Loïc Blavier

Voir aussi :





Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.