critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



L'Abîme des morts-vivants. 1983.
Origine : France / Espagne
Genre : Horreur
Réalisation : Jess Franco
Avec : Manuel Gélin, Antonio Mayans, Caroline Audret, Henry Lambert...


Réalisateur très décrié, et souvent à raison, Jess Franco est aussi une personne attachante. Il suffit de regarder sa longue interview dans le DVD français de L'Abîme des morts-vivants (publié par Mad Movies) pour s'en convaincre. Le madrilène, déjà âgé, y fait preuve d'une grande lucidité sur sa propre carrière, avouant par exemple avoir bien du mal à regarder ses propres films. Se sachant bien moins doué que certains de ses collègues, il réfute l'excuse de ses budgets minimalistes, et endosse la responsabilité de ses échecs sans se laisser abattre pour autant. Pour lui, le cinéma est affaire de goût, et Franco s'emporte sur la trop grande importance donnée au septième art. Même si il est parfois difficile de partager ses opinions, la franche bonhomie avec laquelle il s'exprime lui rend honneur. Ne s'étant jamais laissé influencer par des choses aussi relatives que la reconnaissance ou la disgrâce, il émet des avis tranchés sans se soucier des convenances. "D'un film d'Antonioni, on va dire qu'il est profond... Profond, mes fesses" déclare-t-il après avoir fait part de son goût pour Freddy Krueger ou Jason Voorhees et après avoir dénigré copieusement les mythes censés être plus respectables de la momie et des morts-vivants. Pour Franco, les morts-vivants (et la momie, à laquelle il attribue les mêmes défauts) ne sont pas assez dangereux : trop lents, ils tombent raides dès qu'on les touche. Ainsi démarre-t-il l'interview en déclarant ne pas aimer les films de Romero, réalisateur qui n'aurait d'ailleurs "rien fait d'autre" que ses zombies. Et c'est pourquoi, explique-t-il, que ne s'intéressant pas aux morts-vivant, il ait réduit au maximum leur temps de présence à l'écran dans L'Abîme des morts-vivants, privilégiant le côté aventure.



De fait, cette co-production franco-espagnole se déroule dans un cadre relativement exotique pour un film de zombies : le désert saharien. En 1943, de violents combats opposèrent les britanniques et les allemands à proximité d'une oasis. Les guerriers de l'Afrikakorps y laissèrent leur peau, mais aussi un trésor d'une valeur de six millions de dollars, que diverses personnes vont essayer de récupérer 40 ans après. Parmi elles, un ancien militaire allemand ainsi que Robert Blabert (Manuel Gélin, fils de Daniel), étudiant londonien dont le père récemment assassiné fut une figure héroïque de la bataille contre les hommes de Rommel. Venu avec ses amis, Robert Blabert (j'aime beaucoup le son de ce nom), risque bien de rencontrer des surprises, et pas seulement parce que des nazis zombies protègent le trésor de guerre...

Alors oui, les acteurs sont mauvais, la musique à l'orgue électrique est affreuse, les zooms font mal au crâne, le montage laisse passer des aberrations (une scène de nuit devient une scène de jour avant de redevenir une scène de nuit et de repasser encore au jour !), les zombies -dont le maquillage en papier mâché fait peine à voir- sont apathiques, le flash back de la bataille de 43 est quasi exclusivement composé d'images piquées à un autre film et les actions des personnages n'ont aucune logique... Des défauts, il y en a à foison, et cette liste pourrait largement être rallongée. Mais ne tirons pas seulement sur l'ambulance. Bombardons aussi l'hôpital : Franco n'est pas le seul coupable. L'Abîme des morts-vivants présentement chroniquée ne saurait être assimilée à La Tumba de los muertos vivientes, sa version espagnole. Le film connut en effet deux exploitations : la française (devenue visiblement la version internationale) fut remontée par le producteur, avec de nouvelles scènes et avec des séquences en moins. C'est ainsi que Lina Romay, égérie et compagne du réalisateur, sort purement et simplement du montage final. Elle n'est pas la seule : Eduardo Fajardo eut droit au même sort. A l'inverse, Henry Lambert et Myriam Landson firent leur entrée. N'ayant pas eu le plaisir de visionner la version espagnole, je ne puis commenter ce qu'ajoutent ou retirent ces modifications, visiblement tout de même assez importantes. Toujours est-il que cela peut expliquer le montage hasardeux ou le doublage faisant l'impasse sur les mouvements de lèvres des personnages dans certaines scènes.



Ne tombons pas non plus dans le révisionnisme : Franco est certainement pour beaucoup dans le raté que constitue L'Abîme des morts-vivants. Sa volonté d'axer son film sur l'aventure davantage que sur l'horreur pourrait produire son petit effet, surtout quand l'on sait que le même Franco accompagné pour l'occasion de Jean Rollin commit l'irréparable Lac des morts-vivants tournant déjà autour de zombis nazis (plus ou moins inspirés par Le Commando des Morts-vivants américain). Évidemment, il serait plutôt déplacé de s'attendre à un nouvel Indiana Jones... Mais il aurait été en tout cas possible d'obtenir autre chose que ce médiocre retour aux sources d'un personnage débarqué au Sahara pour rafler un trésor et se retrouvant malgré lui à en apprendre plus sur sa propre famille. Les dunes, les dromadaires, les costumes typiques, l'architecture locale, la musique vaguement égyptienne, tout ce décorum de carte postale constitue les seuls véritables éléments rattachant L'Abîme des morts-vivants aux films d'aventures. Les plans des zombies apparaissant au loin et à contre-jour au sommet des dunes ont beau être assez jolis, Franco confond l'exotisme contemplatif avec l'aventure et en oublie d'animer un peu son film. L'ennui s'installe très vite et ne quitte plus le spectateur, qui doit aussi subir l'inutilité de personnages secondaires servant d'alibis à quelques plans de nudité. Les quelques rares apparitions de zombies précédant le climax ainsi que le climax lui-même sont d'une rare mollesse, prouvant définitivement qu'en effet, Franco ne semble pas considérer les morts-vivants d'un bon oeil. Au moins l'interview ne fut-elle pas mensongère.

Loïc Blavier

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.