critiques


réalisateurs


acteurs


thèmes


origines



Two Thousand Maniacs. 1964.
Origine : Etats-Unis
Genre : Gore sudiste
Réalisation : Herschell Gordon Lewis
Avec : William Kerwin, Connie Mason, Jeffrey Allen, Ben Moore...


Sur un air de banjo endiablé, nous assistons à un drôle de manège sur le bord d'une route du sud des Etats-Unis. Un homme, juché au sommet d'un arbre, scrute l'horizon à l'aide de jumelles et fait signe à un comparse qui se trouve à un croisement. Celui-ci, à chaque signe de son acolyte, planque dans les hautes herbes un panneau indicateur et place sur la chaussée un panneau de déviation. Deux voitures sont ainsi détournées en direction de Pleasant Valley, un village en pleine ébullition puisqu'il fête son centenaire.
Les trois couples fraîchement arrivés bénéficient du statut d'invités d'honneur, sans savoir ce que cette faveur cache rééllement.



Le gore a un père et celui-ci se nomme Herschell Gordon Lewis. Mais avant d'être connu pour ce fait d'arme, l'heureux papa oeuvrait dans le cinéma érotique. Cela marchait plutôt bien pour lui sauf que très vite, le marché a saturé, l'obligeant à se recycler. Ce qu'il fit avec succès en 1963 en réalisant le premier film gore de l'histoire du cinéma, Blood Feast.
Le film rencontra un immense succès, ce qui conforta H.G.Lewis et son ami, le producteur David Friedman, à poursuivre dans cette voie.
Ce qui nous amène donc à 2000 Maniacs, peut-être son film le plus célèbre. La fête à laquelle sont conviés nos trois couples prend ses racines dans l'histoire même des Etats-Unis. Les habitants de Pleasant Valley ne fêtent pas la naissance de leur village mais sa disparition, du fait d'un groupe de soldats yankees à la fin de la Guerre de Sécession. Leurs invités, tous yankees, ne sont là que pour étancher leur soif de vengeance sans omettre, toutefois, le côté festif. Les convives sont donc chaudement invités à participer à des jeux mortels sous les yeux rigolards des villageois.
Car bien que le film soit gore, tout cela se fait dans la joie et la bonne humeur dans le but de rendre ce centenaire inoubliable. Les choses sont bien faites puisqu'un comité d'organisation a été mis en place et le déroulement des festivités ne doit souffrir d'aucun accroc. Les acteurs, pour la majorité d'entre eux des non-professionnels, sont plus vrais que nature et il y en a même un qui peut se vanter d'avoir de faux airs de Jack Lemmon.



De simple film gore, 2000 Maniacs se teinte de fantastique dans sa conclusion et évoque même avant l'heure l'émission L'île de la tentation puisque le premier couple sera séparé par de vils tentateurs. Si aujourd'hui, les scènes gores peuvent paraître inoffensives, il ne faut pas oublier qu'à l'époque, celles-ci ont bien fait grincer des dents la censure. 2000 Maniacs n'est certes pas un grand film mais il est divertissant, conformément au souhait de H.G.Lewis, et parfois franchement drôle.

Bénédict Arellano

Textes et images © Association Tortillapolis. Tous droits réservés.